Gros Plan...

 
 
Image L’œuvre nationale du Bleuet de France

15/11/2014L’œuvre nationale du Bleuet de France

L’œuvre nationale du Bleuet de France 

A l’origine, deux femmes 

Suzanne LenhardtL’origine du symbole du bleuet de France remonte à 1916. Deux infirmières à l’hôpital des Invalides, émues par les souffrances qu’endurent les soldats français jour après jour, décident de venir en aide à leur manière aux blessés de guerre.

Suzanne Lenhardt

Suzanne Lenhardt, veuve du capitaine Joseph Marie Maurice Lenhardt du 21ème Régiment d'Infanterie Coloniale (Tombé le 3 février 1915 à Massiges, il repose tombe 649 dans le cimetière de la Forestière à La Chalade), et Charlotte Malleterre, épouse du général Gabriel Malleterre et fille du général Niox commandant de l'Hôtel des Invalides, organisent des ateliers et confectionnent des bleuets dont les pétales sont en tissu et les étamines en papier.

Charlotte MalterreVendus au public, les recettes de ces insignes permettent de dégager des fonds pour la réinsertion des invalides et blessés de guerre.

Charlotte Malleterre

Le bleuet devient rapidement un symbole de réinsertion par le travail. Au lendemain de la guerre, Louis Fontenaille, président des Mutilés de France, présente le projet à Bruxelles pour que le bleuet devienne la fleur symbolique des « Morts pour la France ».

Pourquoi le bleuet ?

Bleuet de FranceLe symbole du bleuet trouve ses origines sur les champs de bataille de la Grande Guerre. En effet, malgré le retournement de la terre par les obus, le bleuet comme le coquelicot continuaient à pousser. Ces deux fleurs constituaient le seul témoignage de vie sur les champs de bataille. La France a choisi le bleuet, présent abondamment dans l’Est de la France tandis que le Royaume-Uni a privilégié le coquelicot, seule note colorée des champs de bataille des Flandres, de la Somme et de la Picardie.

Le terme de bleuet désigne également au cours de la guerre, les soldats de la classe 1915, nés en 1895. Fraîchement arrivés sur les champs de bataille, ceux-ci étaient appelés les bleuets à cause de l’âge et de leur inexpérience mais aussi parce que leur uniforme bleu-horizon neuf jurait avec les uniformes des plus anciens du front, maculés de boue.

Le bleuet, symbole de solidarité

Dès 1916, l’état français crée trois offices (Office national des mutilés et réformés de guerre, Office national des pupilles de la nation et Office national des combattants) pour prendre en charge les réparations, la rééducation professionnelle, la réinsertion professionnelle et la solidarité en faveur des victimes de guerre et des anciens combattants. A la fin de la guerre, la France compte des millions de blessés dont certain ne peuvent plus travailler.

Au sortir de la guerre, Suzanne Lenhardt et Charlotte Malleterre décident d’étendre leur activité en créant dès 1925 un atelier de confection pour les pensionnaires des Invalides. Cet atelier devait permettre aux anciens combattants de reprendre goût à la vie et subvenir en partie grâce à la vente de leurs bleuets à leurs besoins.

Mutilé de guerre

Un mutilé de guerre vend ses bleuets sur les Champs-Élysées, le 14 juillet 1919

Dans les années 20, les ventes s’étendent progressivement à l’ensemble du pays. Gaston Doumergue, président de la République, accorde en 1928 son haut-patronage au Bleuet de France pour témoigner de la reconnaissance de la France et pour venir en aide à ces hommes qui ont sacrifié leur vie pour leur patrie. En 1934, est organisée pour la première fois une collecte à Paris sur la voie publique. Celle-ci est un succès et en 1935, l’état français officialise la vente du Bleuet de France chaque 11 novembre partout en France.

Après la seconde guerre mondiale, en 1937, un second jour de collecte est créé le 8 mai, date anniversaire de la fin de la capitulation allemande.

L’œuvre nationale du bleuet de France et transmission de la mémoire

Couverture du PélerinEn 1991, pour insuffler un nouveau souffle à l’œuvre, l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) décide de prendre en charge la gestion du Bleuet de France.

Couverture du journal « Le Pèlerin »

Aujourd’hui autour de ces deux dates anniversaires, les collectes s’étendent sur plusieurs jours et permettent de récolter d’énormes fonds.

Devenu le symbole de la mémoire et de la solidarité en France, elle vient en aide aux anciens combattants, aux victimes de guerre ainsi qu’aux veuves et aux orphelins. Outre la solidarité envers le monde des combattants et des victimes de guerre et de terrorisme, l’œuvre agit sur de nouveaux fronts en favorisant la transmission de la mémoire comme un vecteur de solidarité entre les générations.

L’ONACVG est chargé de promouvoir et de faire connaître les valeurs civiques et morales attachées au Bleuet de France et de développer les collectes nationales ou locales, privées ou publiques. Pour définir la mise en œuvre de ces missions, un collège de l’œuvre nationale du Bleuet de France (ONBF) a été créé au sein de l’ONACVG. La principale activité de l’ONBF est l’organisation des deux campagnes nationales de collecte qui appellent à la générosité publique. Menées grâce aux services départementaux de l’ONACVG, elles sont mises en place grâce à un réseau de collecteurs volontaires (associations, communes, collèges, …).

Outre les fonds récupérés lors des collectes, l’ONBF compte également sur les dons et collectes privées et sur l’achat de produits estampillés Bleuet de France.

Les fonds de l’ONBF servent ensuite pour les crédits alloués aux départements de la solidarité et de la mémoire de l’ONACVG. Le Bleuet de France constitue un des acteurs principaux de la transmission de la mémoire aux jeunes générations.

Revue de presse :

Est Républicain du 15 novembre 2014 : "Une collecte pour le Bleuet de France"
Est Républicain du 12 mai 2013 : "Leçon sur le Bleuet de France"

Contact :

Œuvre Nationale du Bleuet de France
Hôtel National des Invalides
75700 PARIS
Tél. : 01 49 55 75 41
Fax : 01 49 55 75 05
Chargé de la promotion du Bleuet de France : Alexandre FONS
Mail : alexandre.fons@onacvg.fr

Crédit photo : © ONBF

 

Acteurs

LES MESSAGERS DU CENTENAIRE
11/01/2019 LES MESSAGERS DU CENTENAIRE

Acteurs

Lire la suite...
Le centre social et culturel de Stenay
29/11/2018 Le centre social et culturel de Stenay

Structure sociale et culturelle

Lire la suite...
Marko
22/10/2018 Marko

Dessinateur; Grande Guerre, 1914-1918; Les Godillots; Salon du livre; 14-18 Meuse

Lire la suite...
Une forêt d’exception 
05/10/2018 Une forêt d’exception 

Documentaire de Canopé

Lire la suite...