Zoom sur...

Image Maison-musée de Louise de Bettignies

07/03/2013Maison-musée de Louise de Bettignies

Site du Mois – Mars 2013 

Maison-musée de Louise de Bettignies 

« Mademoiselle Louise de Bettignies s'est volontairement dévouée pendant plusieurs mois, animée uniquement par le sentiment patriotique le plus élevé, pour rendre à son pays un service des plus importants dans la défense nationale. A affronté, avec un courage inflexible, toutes les difficultés périlleuses de sa tâche patriotique. A surmonté pendant longtemps ces difficultés, grâce à ses capacités et à son dévouement, risquant sa vie en plusieurs occasions, assumant les plus graves responsabilités, déployant en un mot un héroïsme qui a été rarement surpassé. »

Citation à l'ordre de l'armée, par le Général Joffre le 20 avril 1916

Nom de code : « Alice Dubois »

Louise de BettigniesNée le 15 juillet 1880 à Saint-Amand-les-Eaux, Louise de Bettignies est l’avant dernière d’une fratrie de 8 enfants issue de l’union d’Henri de Bettignies et de Julienne Mabille de Poncheville.

Louise de Bettignies

Malgré les difficultés financières de sa famille, Louise fait des études secondaires chez les Sœurs du Sacré Cœur à Valenciennes. Après un déménagement à Lille en 1895, elle quitte le domicile familial pour continuer ses études outre-manche, à Upton, Wimbledon et Oxford.

Suite à la mort de son père en 1903, Louise revient en France et termine ses études à la faculté des lettres de l’Université de Lille jusqu’en 1906. Polyglotte (anglais, italien et allemand), elle obtient des emplois de préceptrice dans des familles titrées d’Europe. Elle refuse même le poste de gouvernante proposé par l’archiduc François-Ferdinand et rentre en France.

A la déclaration de guerre, Louise de Bettignies se trouve à Wissant (Pas-de-Calais) qu’elle quitte à la fin du mois d’août pour Saint-Omer puis Lille où elle rejoint se sœur Germaine.

Déclarée « ville ouverte » et évacuée par les troupes françaises, Lille est occupée par les Allemands dès octobre 1914. Dès le début de l’occupation, Louise décide de s’engager dans la résistance et l’espionnage. Lors d’un voyage en Belgique où elle fait passer des documents importants, elle rencontre le major Cameron, officier britannique de renseignement, qui désire la recruter pour mettre en place un service de renseignement à Lille. Avec l’accord du général Joffre, elle accepte cette mission et obtient grâce à son frère Henri, curé, des faux papiers au nom d’« Alice Dubois ».

Une patriote française au service de « Sa Majesté »

De retour à Lille, elle met en place un réseau, le « réseau Alice » (réseau « Ramble » pour les britanniques), composé d’une centaine de personnes. Pour le compte de l’Intelligence Service, ce réseau surveille tous les mouvements des troupes britanniques de la région lilloise.

Soutenue par le Père Boulanger et l’évêque Monseigneur Charost, Louise fait passer clandestinement des hommes en Angleterre et fournit de précieux renseignements aux services secrets britanniques en les faisant passer aux Pays-Bas, pays neutre. Surnommée « La Jeanne d’Arc du Nord », elle permet grâce au réseau « Alice » de donner avec précision les positions allemandes ainsi que certaines attaques ennemies dans la région du nord de la France.

Marie Léonie VanhoutteEn février 1915 lors d’un de ses voyages entre Lille et Flessingue aux Pays-Bas, Louise rencontre Marie-Léonie Vanhoutte à Roubaix. Elle devient rapidement le « lieutenant » de Louise sous le nom de guerre « Charlotte Lameron ».

Marie-Léonie Vanhoutte

Louise de Bettignies est arrêtée le 20 octobre 1915 à Froyennes, en Belgique, puis transférée à la prison Saint-Gilles à Bruxelles, où les Allemands lui soutirent des informations sous la torture. Elle avoue connaître Léonie Vanhoutte qui a été arrêtée un mois plus tôt à Bruxelles.

Le 16 mars 1916, lors d’un procès expéditif à Bruxelles, Louise de Bettignies est condamnée à mort pour trahison tandis qu’une peine de 15 ans de travaux forcés est prononcée pour Léonie Vanhoutte. Dans une lettre adressée au gouverneur de Belgique, le général von Bissing, Louise demande la libération de sa co-accusée et reconnait avoir fait son devoir. La sentence est revue par le gouverneur : Louise est emprisonnée pour travaux forcés à perpétuité. Léonie et Louise se retrouvent à la prison des femmes de la forteresse de Siegburg près de Cologne.

Subissant des mauvais traitements, elle écrit aux autorités allemandes en vain. A la fin de l’année 1917, la santé de Louise se dégrade après plusieurs séjours au cachot pour incitation à la mutinerie au sein de la prison. Hospitalisée en avril 1918 à Cologne suite à une pneumonie, elle subit une opération qui la fatigue encore plus. Elle décède d’une tuberculose à l’hôpital Sainte-Marie de Cologne le 27 septembre 1918. Elle est enterrée au cimetière de Bocklemünd à Westfriedhof.

Titulaire de la croix de guerre avec palme et chevalier de la légion d’honneur en octobre 1918, elle est décorée à titre posthume de la croix de guerre anglaise et fait officier de l’Empire britannique en 1919. Sa dépouille reçoit les honneurs militaires le 20 février 1920 à Cologne puis elle est ramenée à Lille pour des funérailles solennelles. Son corps repose depuis mars 1920 à Saint-Amand-les-Eaux dans le caveau familial.

La maison-musée des femmes résistantes

Connue notamment pour sa tour abbatiale et ses eaux thermales, la commune de Saint-Amand-les-Eaux a souhaité depuis quelques années rendre hommage à cette héroïne de la Première Guerre mondiale et à ses sœurs d’armes ainsi qu’à l’ensemble des femmes résistantes de tous temps et de tous lieux.

Maison Louise de Bettignies

Futur musée de la Ville de Saint-Amand-les-Eaux

Sa maison natale, devenue en 2004 la propriété de la ville nordiste, est devenue en 2008 un musée basé sur la vie de Louise de Bettignies et des résistantes du Nord-Pas-de-Calais et de Belgique.

La ville souhaite désormais créer un centre d’interprétation citoyen dédié aux femmes résistantes qui ont accompli ou accomplissent de nos jours des actes héroïques dans la défense de leur patrie, pour la liberté et l’égalité des droits en France et dans le monde.

Monument Louise de Bettignies

Monument érigé en hommage à Louise Bettignies sur la place Carnot à Lille, inauguré le 13 novembre 1927 par le maréchal Foch

Ce projet s’appuie sur un comité de pilotage historique et scientifique pour que la maison devienne un lieu d’histoire, de culture et de tourisme. Soutenu par de nombreux partenaires, le projet prévoit également son intégration dans le chemin de mémoire de la région transfrontalière.

Concept original, ce centre historique s’inscrit parfaitement dans la politique de valorisation des sites de mémoires français et souhaite mettre en lumière l’implication des femmes dans l’évolution des sociétés.

Soeurs d'armesLe futur musée se composera de deux espaces. Le premier, au rez-de-chaussée, présentera les femmes résistantes de la Grande Guerre dans le Nord de la France et en Belgique ainsi que les femmes résistantes de la Seconde Guerre mondiale.

Le deuxième espace exposera des femmes résistantes de tous pays et de tout temps en abordant les changements de la société à travers la question féminine pendant la Révolution, les grèves du XXème siècle, …

A l’occasion du 130ème anniversaire de la naissance de Louise de Bettignies, la commune de Saint-Amand-les-Eaux souhaite rendre un hommage particulier à cette femme de renommée européenne.

Remerciements :

Isabelle VAHE, chargée de mission pour le projet de la « Maison Louise de Bettignies » à Saint-Amand-les-Eaux

Pour aller plus loin :

Louise de Bettignies, Hélène d'Argœuves, Librairie Plon, 1937
Sœurs d’armes, film de Léon Poirier, 1937

Par Jean-Bernard LAHAUSSE et Romain SERTELET

Février 2013 Avril 2013

Den Engel

Site

du

Mois

 Piper's Memorial

Mont-Kemmel Piper's
Memorial
Kemmel Longueval

Crédit Photos : Louise de Bettignies - © DR
Marie-Léonie Vanhoutte - © DR
Musée Louise de Bettignies - © La voix du Nord
Monument Louise de Bettignies à Lille - ©
http://www.monnuage.fr
Affiche « Sœurs d’armes » - © DR

 

L’espace Grande Guerre

La Flamme de la paix à Brillon en Barrois
11/11/2018 La Flamme de la paix à Brillon en Barrois

Reportage photos

Lire la suite...
Dédicace de Régis Hector
16/09/2018 Dédicace de Régis Hector

Dédicace de BD

Lire la suite...
Des Voix de Femmes dans la Mêlée 1914-1918
03/11/2018 Des Voix de Femmes dans la Mêlée 1914-1918

Lecture publique

Lire la suite...
MEMORIAL DAY – JOUR DE MEMOIRE AMERICAINE
04/05/2018 MEMORIAL DAY – JOUR DE MEMOIRE AMERICAINE

Le Memorial Day est un jour de congé officiel aux États-Unis.

Lire la suite...