Lieux et visites

Image Circuit de l’Offensive Meuse-Argonne

07/10/2011Circuit de l’Offensive Meuse-Argonne

Circuit de l’Offensive Meuse-Argonne 

Circuit Meuse-Argonne

Au départ de Verdun, sortir par Belleville, suivre la route Bras-sur-Meuse, Vacherauville, Samogneux, Brabant. A Consenvoye, prendre à gauche et suivre la direction American Memorial.

- Montfaucon-d’Argonne : le Mémorial Américain

Ce mémorial est le plus imposant des trois monuments commémoratifs construits par l’American Battle Monument Commission pour afficher avec éclat la gloire de l’Armée Américaine et l’efficace participation des Etats-Unis à la guerre. Pour la commémoration de l’offensive Meuse-Argonne, la plus grande opération, l’ABMC fait appel à John Russell Pope, un architecte expérimenté et souhaite utiliser la butte de Montfaucon.

Memorial Montfaucon

Si le village est reconstruit au pied de la colline, les Américains sont confrontés au problème du classement du site choisi en « vestige de guerre » par le gouvernement français. Avant guerre, Montfaucon était déjà un lieu touristique, avec son abbatiale ou le souvenir de la bataille de 888 contre les Normands. A plusieurs reprises, le site du monument change. Juridiquement, « l’utilisation du site du monument a été concédé aux Etats-Unis par le gouvernement français à perpétuité, exonéré d’impôts ou de taxes », la propriété des terrains revient à l’Etat français qui la concède aux Etats-Unis.

L’ABMC opte pour une conception classique. Le projet de colonne dorique, offrant le meilleur rapport masse-visibilité, est sélectionné. Plusieurs révisions à la hausse sont opérées pour respecter la hiérarchie. Une fois achevé le monument aura coûté 665 717 dollars.

Le monument se compose de trois éléments, la colonne dorique, un mur de rétention d’inspiration égyptienne, et un chemin en escalier.

L’escalier imposant de 59 mètres conduit à la plateforme du monument. La terrasse au sommet comporte une plaque avec la dédicace du mémorial.

Sur le mur, sont gravés les noms des quatre zones les plus importantes de l’offensive américaine (les hauts de Meuse, les collines de Barricourt, les hauteurs de Romagne et la forêt d’Argonne). A la base, figure la liste des divisions qui composaient la 1st US Army, avec les lieux où elles se sont illustrées.

A l’intérieur, un vestibule comprend une carte des opérations et un texte rappelant l’évènement commémoré. Par ce rappel historique, les Américains revendiquent et affichent leur contribution à la victoire.

La colonne dorique impressionne par sa hauteur, le point culminant du monument s’élève à 60 m. Le choix d’un granit de la région du lac majeur en Italie, matériau noble, est un gage du caractère sacré du monument et de l’évènement qu’il commémore. Sur les flancs de la colonne sont sculptés des faisceaux de licteurs, symboles républicains et symboles d’unité. Au sommet, une plateforme d’observation offre une vision complète de l’ancien champ de bataille. La statue, allégorie de la Liberté, ou génie libérateur fait face aux lignes de départ des Américains le 26 septembre 1918. Elle représente la liberté conquise par les soldats américains.

La colonne assure l’emprise de la construction sur l’espace, la tour étant dégagée à la vue sur des kilomètres.

L’inauguration du monument de Montfaucon a lieu en 1937, pour le 20e anniversaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis. Le général Pershing, président de l’ABMC et ancien commandant en chef des Forces Expéditionnaires Américaines, procède à l’inauguration du monument. Le maréchal Pétain prononce un discours. Le Président de la République, accompagné de membres du gouvernement, fait le déplacement. Le discours du président Roosevelt est radiodiffusé depuis les Etats-Unis.

Le monument de Montfaucon sert de point de repère pour les visiteurs, il marque la mémoire américaine dans le paysage.

- Montfaucon-d’Argonne : Le bâtiment de l’Etat de l’Ohio :

Un bâtiment utilitaire est construit par l’Etat de l’Ohio dans le village de Montfaucon. L’Etat prend en charge la reconstruction de l’hôpital-hospice. Les Français y voient « l’édification d’une vaste bâtisse au confort moderne », dans un village rural achevant sa reconstruction. Pour l’inauguration de l’hospice, en 1929, la commune accueille le Ministre de l’Intérieur André Tardieu. Ce bâtiment, comme les monuments de Varennes, Cheppy ou Nantillois, commémore un Etat de l’Union à travers l’action de ses soldats, affichant le prestige et la richesse de cet Etat.

- Montfaucon-d’Argonne : Le monument des Sammies :

Devant la salle polyvalente de la commune, une stèle a été érigée par les autorités et les associations locales à l’occasion du 90e anniversaire de l’offensive Meuse-Argonne. Cette stèle figure un casque américain en bas-relief. Une plaque rend hommage aux Sammies, surnom donné par les Français au Doughboys en référence à l’Oncle Sam.

Quitter le village en prenant la direction de Nantillois. Là s’arrêter sur la place du village.

- Nantillois : La Fontaine de Pennsylvanie :

Nantillois

Certaines unités sont commémorées sur des bâtiments utilitaires offerts aux communes dans lesquelles se sont déroulées leurs opérations. C’est le cas de la fontaine de Nantillois, financée par l’Etat de Pennsylvanie, qui rend hommage aux hommes du 315th IR (79th ID).

Revenir à Montfaucon et prendre la direction de Varennes-en-Argonne. A Cheppy, sortir du village et s’arrêter au monument du Missouri.

- Cheppy : Le monument du Missouri :

Dans le village de Cheppy l’Etat du Missouri construit un monument élaboré. Une statue de la victoire en bronze est posée sur un socle de marbre, une base en granit en formant la terrasse. L’inscription met l’Etat qui l’a financé au premier plan. La statue représente une allégorie de la Victoire. Il n’est fait aucune mention de l’Armée Fédérale, et la référence à l’Union reste limitée (E.U.A.). L’Etat du Missouri veut rendre lisible sa contribution à la guerre. La cause défendue ici n’est pas la défense des Etats-Unis et de leurs valeurs mais la défense de l’humanité toute entière.

Poursuivre en direction de Varennes. Au centre du village se trouve le monument de Pennsylvanie.

- Varennes-en-Argonne : le monument de Pennsylvanie

Le choix de la ville de Varennes par l’Etat de Pennsylvanie pour la construction d’un monument non fédéral, résulte du fait que les troupes de la 28th ID du général Price qui ont participé à sa libération, ont été recrutées dans cet Etat.

La conception du monument est confiée notamment à l’architecte Paul-Philippe Cret, le futur référent de l’ABMC. L’inauguration a lieu le 30 mai 1928.

L’accès au monument se fait par une longue allée en pelouse rectangulaire bordée d’arbres. La plateforme qui accueille le monument comprend un double portique majestueux, l’esplanade est rythmée par deux portions en calcaire blanc de manière à orienter le regard du visiteur vers la forêt d’Argonne à l’horizon. A l’extrémité de la terrasse, une balustrade est disposée pour permettre de découvrir le panorama. Au centre de la place une stèle en marbre est apposée, surmontée d’une urne funéraire sur trois piliers. L’inscription gravée montre que la Pennsylvanie en tant qu’Etat, tient à souligner sa propre contribution à la guerre, soulignant que des soldats pennsylvaniens ont combattu dans l’armée fédérale pour une cause générale illustrée par des valeurs.

D’autre monuments d’Etat sont érigés dans ce secteur. La Pennsylvanie finance aussi une fontaine à Nantillois ; l’Etat de l’Ohio, dans le village de Montfaucon, prend en charge la reconstruction de l’hôpital-hospice. A Cheppy, l’Etat du Missouri affiche sa contribution à la guerre.

La visite du Musée de Varennes peut-être un complément intéressant à la visite, le village étant célèbre pour être le cadre de l’arrestation de Louis XVI en juin 1791. Sortir de Varennes vers Montblainville. Poursuivre jusqu’à Apremont vers le monument du Lost Battalion (Bataillon Perdu) en bord de route.

- Binarville : le Lost Battalion 

Ce « bataillon » appartient à la 77th ID, dont la moitié des renforts sont des nouvelles recrues. Engagé dans la forêt d’Argonne, il connait les pires difficultés dans ce milieu hostile tant par les conditions naturelles que par le déploiement de force des défenseurs allemands. Le Lost Battalion se compose de 554 hommes environ sous le commandement du major Whittlesey. Ces hommes se retrouvent totalement encerclés par les Allemands après avoir progressé trop en avant sans être suivis par les unités françaises sur leur flanc gauche et américaines sur leur flanc droit.

Binarville

Le bataillon se trouve dans l’impossibilité de contacter les lignes américaines pendant six jours. Les conditions de survie sont rudes. Le manque de ravitaillement se fait ressentir, et l’approvisionnement en eau se fait dans un étang, sous le feu des tireurs d’élite allemands. Du fait de son isolement complet, la position du bataillon est inconnue des artilleurs américains : il est donc pris sous le feu de barrage allié. Les soldats encerclés ont recours aux pigeons voyageurs. Un pigeon, Cher Ami, est lâché avec un message qui fait stopper le tir de barrage. Lorsque le Bataillon Perdu est délivré, les pertes sont lourdes mais celui-ci a tenu. Sur les 554 hommes encerclés, seuls 194 sont indemnes. La grande majorité des actes d’héroïsme récompensés d’une Medal of Honor sont accomplis alors.

Binarville

Dans la commune de Binarville, un nouveau monument est construit dans le cadre du 90e anniversaire de Meuse-Argonne. Une stèle monumentale rendant hommage à tous les hommes qui se sont battus dans les environ. Cette œuvre, du sculpteur M. Stein, repose sur un socle de 3 marches en bêton teinté, elle est entièrement en pierre de Meuse. Sa signification est la suivante : le mouvement contemporain de l’ensemble renvoie au relief du sillon dans lequel le bataillon a été pris au piège. Le mur en ruine représente le moulin de Charlevaux. Les sept casques américains pêle-mêle figurent les nombreux soldats disparus. Le pigeon dominant les casques est un hommage au messager Cher Ami. L’inscription de la stèle mentionne « Lost Battalion, 77e Division, 2 3 4 5 6 7 octobre 1918 ». L’énumération des jours sert à renforcer l’aspect émotionnel. Deux mats sont scellés dans le béton du socle, pour recevoir les couleurs des deux nations, française et américaine.

Se rendre à Châtel-Chéhéry sur les traces d’un héros américain, Alvin York. Le monument se trouve devant l’hôtel de ville. Ensuite un parcours pédestre suit le parcours du sergent York.

- Châtel-Chéhéry : parcours du sergent York

S’il est un soldat qui représente à lui seul l’héroïsme des Américains, c’est bien le caporal puis sergent Alvin York. Il est l’un des 53 hommes décorés de la Medal of Honor pour un exploit accompli pendant l’offensive Meuse-Argonne.

Monument York

Il appartient à la 82nd ID, composée d’éléments disparates, dont des immigrés récents, d’où le surnom ironique de « All American ». Le 8, la 82nd ID progresse pour couper la retraite des Allemands dans l’Argonne. Pendant l’assaut, des hommes sont abattus sous les yeux du caporal York. Le sergent Early, son supérieur, regroupe 17 hommes pour prendre les mitrailleuses par le flanc.

En avançant, ils tombent sur deux brancardiers allemands qu’ils poursuivent. Le groupe traverse un ruisseau et tombe sur une dizaine de soldats allemands au repos autour d’un poste. Le lieutenant Vollmer qui les commande se rend.

Des mitrailleurs allemands déployés à proximité abattent le sergent Early, deux caporaux, dont Murray Savage, le meilleur ami d’Alvin York, et six hommes. Les Allemands occupent des tranchées sur le versant au-dessus du refuge du caporal York, ils sont obligés de lever la tête par-dessus le parapet pour apercevoir les Américains. Le caporal abat un par un les soldats qui lèvent leur tête. La confusion semble gagner leurs rangs, une patrouille sort de la tranchée. Le caporal York dégaine son pistolet Colt 1911. Après un silence, le lieutenant Vollmer offre la capitulation de ses hommes à York. Les Allemands quittent la tranchée sans armes, l’un d’eux tente de jeter une grenade avant d’être abattu. Le groupe américain ramène les prisonniers. En chemin, le caporal utilise l’officier allemand pour ordonner à des mitrailleurs de se rendre, l’un d’eux refuse, il l’abat.

Lorsqu’Alvin York arrive au poste de commandement, le général Lindsey déclare. « Bien, York, j’ai entendu qui vous aviez capturé cette maudite armée allemande au complet ». Modestement, l’intéressé répond qu’il n’en a ramené que 132. L’exploit influe aussi sur le commandement allemand qui fait reculer ses troupes.

Chez Alvin York, la réalité est bien différente du mythe, aucune fierté ne se dégage chez lui. Hanté par les conséquences de ses actes, il retourne sur les lieux avec une équipe de brancardiers, ...

Après la guerre, le sergent York est accaparé par les médias. Mais le reste de sa vie, il parle rarement de la guerre, et encore moins de son exploit. En 1941, à la veille de l’entrée des Etats-Unis dans un nouveau conflit, un film de Howard Hawks retrace la vie du sergent York, un Américain modèle, interprété par Gary Cooper. Son exploit est érigé en exemple pour toute l’Armée et la nation américaines.

Prendre la direction de Gesnes-en-Argonne puis Romagne-sous-Montfaucon. Traverser le village pour se rendre au cimetière de Meuse-Argonne.

- Romagne-sous-Montfaucon : le cimetière américain

Le cimetière de Meuse-Argonne est l’œuvre majeure de l’American Battle Monuments Commission. Avec ses 14 246 sépultures individuelles, il représente la plus grande nécropole américaine en Europe, même après la Seconde Guerre mondiale, à l’image de l’offensive Meuse-Argonne qui, avec ses 26 277 tués, reste la bataille la plus sanglante de toute l’histoire des Etats-Unis.

Romagne

Les tombes, comme dans tout cimetière, sont l’élément principal du lieu.

L’ABMC opte pour des croix de marbre de Carrare blanc, matériau noble. Le blanc symbolise la pureté et la gloire des soldats combattant pour une cause juste. Les sépultures sont réparties en huit grandes aires rectangulaires s’étendant sur le versant Nord d’une colline. Un axe central divise les tombes de manière symétrique avec quatre aires de part et d’autre. Un strict alignement est respecté. Cette disposition, renforcée par la pente du champ de croix, créé une illusion d’optique qui, en donnant l’impression que ce champ est plus étendu, renforce l’impact du nombre de stèles.

Romagne

Le fait que les tombes recouvrent l’ensemble du champ de vision du visiteur lui fait prendre conscience du nombre de soldats tués.

Les sépultures sont celles d’Américains tombés au combat, ayant le statut de « killed in action », qu’ils soient militaires ou auxiliaires civils. Les inscriptions respectent toutes un schéma identique : ainsi apparaissent le prénom, le grade et l’unité d’affectation ou organisme, l’Etat d’origine et enfin la date du décès. Reposent également ici : 4 infirmières de l’Americain Nurse Corps, 2 membres de l’American Red Cross, dont une Anglaise (1), et un membre des YMCA’s (2). Cas particuliers 2 civils russes sont inhumés, ainsi que 3 enfants, de la famille de gardiens américains ou d’employés français. Les cas les plus particuliers sont en lien étroit avec la pandémie de grippe espagnole.

(1) Tyler, Elizabeth ; et Peaise, Armine (Anglaise). Cf. : « List of Women burried in Cemetery », archives du cimetière de Meuse-Argonne.
(2) Young Men’s Christian Association

Les soldats inconnus américains sont inhumés dans une sépulture individuelle qui reçoit une stèle propre. Les Américains ne conçoivent pas la fosse commune. Une épitaphe constitue la seule inscription sur toute stèle de soldat inconnu. « Ici repose dans une gloire honorable, un soldat américain connu de Dieu seul. » La proportion de stèles inconnues en forme d’étoile de David renvoie à la proportion d’Israélites dans l’Armée.

Les décorations reçues par le soldat défunt sont mentionnées. La plus haute distinction américaine, la Medal of Honor a été attribuée à neuf des 14 246 soldats inhumés, les récipiendaires voient les inscriptions de leurs stèles gravées en lettres d’or.

Le parc paysager est conçu en s’inspirant des jardins à la Française. Par son site particulier, à flanc de colline, le cimetière de Meuse-Argonne offre au visiteur une vision de l’ensemble des tombes où qu’il se trouve. Un soin particulier est accordé à l’entretien du parc de façon à ce que l’endroit offre toujours le même aspect.

Des portes monumentales accueillent le visiteur, aux deux entrées de la nécropole. Chacune d’elles forme deux blocs encadrant la route, surmontées d’un aigle américain ; devant s’étend un mur sur lequel il est inscrit « Meuse-Argonne American Cemetery ».

Au point central, au niveau de la route, entre les deux versants de colline, se trouve un bassin avec jet d’eau qui reçoit 51 nénuphars, comptant pour chacun des Etats de l’Union auxquels s’ajoute le District de Columbia, Washington.

La conception de la chapelle est confiée à un architecte d’expérience, Louis Ayres, de la société York & Sawyer. Il donne à la chapelle son style « roman français qui est le genre de chose qui amènerait à penser que les Français l’ont eux même réalisé il y a très longtemps ». La chapelle est composée d’un bâtiment flanqué par deux loggias. L’ensemble est réalisé dans une pierre locale. L’inscription sur le fronton stipule que le monument est « dédié à la mémoire de ceux qui sont morts pour leur pays ». Sur le linteau au dessus de la porte majestueuse est écrit « Ils reposent dans un sommeil sacré ». Le tympan prend la forme d’une arche romane avec deux figures en bas-reliefs représentant des allégories du Chagrin et du Souvenir.

De chaque côté de la porte, des panneaux en bronze figurent des animaux. La Chouette représente la vérité et la sagesse, elle porte l’esprit de ceux qui viennent de mourir. L’Ecureuil symbolise la foi et la vigilance. L’Aigle, Pygargue à tête blanche, bald eagle, est le symbole officiel des Etats-Unis, il représente la Liberté et la Puissance. Le Chien est un symbole universel de Loyauté et de Courage au combat.

Dans la chapelle, l’attention se focalise sur l’abside avec un autel avec une croix. Des bannières américaines et alliées sont disposées autour. Les vitraux représentent les insignes de chaque division de l’Armée américaine.

Les arcades des loggias comprennent le Mur des Disparus recensant les noms des 954 soldats qui n’ont pas de sépulture identifiée. Une épitaphe stipule « Ici est leur mémorial, la terre entière leur sépulture. » Une section spéciale est accordée aux disparus du Service of Supply. Un autre panneau, dans la loggia Ouest rappelle les disparus du Corps Expéditionnaire envoyé à Arkhangelsk en Russie pour combattre les Bolchéviks.

Accolée au Mur des Disparus, une carte décrit la campagne de Meuse-Argonne, au cours de laquelle la plupart des soldats inhumés dans cette nécropole sont tombés, figurant le parcours des divisions entre le 26 septembre et le 11 novembre 1918.

La maison d’accueil est située au sommet du versant opposé au cimetière. Ce bâtiment d’accueil remplit sa fonction surtout au début des années 1930, lorsque le gouvernement américain finance les visites des familles et des Gold Star Mothers (mères et veuves américaines) vers le cimetière de Meuse-Argonne. La fonction du bâtiment d’accueil évolue, c’est désormais un lieu où des informations sont données sur l’offensive Meuse-Argonne, sur la nécropole et le monument de Montfaucon, mais aussi sur l’ABMC et sa mission.

A 17 heures, la fermeture de la nécropole voit la descente des couleurs alors que traditionnellement, le Taps, un carillon, ponctue la journée d’airs traditionnels qui résonnent dans le silence du cimetière (la Marche Funèbre de Frédéric Chopin, et La Battle Hymne of the Republic).

Quitter le cimetière en direction de Cunel, prendre le chemin vers Cléry-le-Grand.

- Cléry-le-Grand : La stèle du capitaine Harris :

La stèle de granite du capitaine Harris était à l’origine placée à l’emplacement même de la tranchée où le capitaine a été tué, le 20 octobre 1918 et isolée dans la forêt de Cléry. L’inscription s’avère aujourd’hui erronée car le monument a été déplacé au bord de la route. La famille est à l’origine de la construction du monument, il s’agit d’une réalisation privée. L’inscription rend hommage au capitaine décoré de la Distinguished Service Cross. Elle mentionne un officier exemplaire admiré par ses hommes, tué en accomplissant son devoir, et dont le sacrifice a permis l’accomplissement d’un objectif. Le monument est doublé par l’inscription du nom du capitaine Harris sur le monument aux morts de la commune d’Aincreville.

S’arrêter sur le pont entre Doulcon et Dun-sur-Meuse.

- Dun-sur-Meuse : le pont de la 5th Division

La 5th Infantry Division, division fédérale, est l’une des plus actives dans la commémoration dès l’immédiat après guerre. Ses obélisques à quatre faces avec l’insigne de la division, le diamant rouge peint et une plaque informative en bronze, sont les plus nombreux. Un des mémoriaux divisionnaires prend une forme particulière, une rambarde de pont. Ce pont rappelle le franchissement de la Meuse par cette unité en novembre 1918. Les monuments de la 5th ID sont les plus nombreux en Meuse, d’où le surnom attribué par le général Pershing à l’unité, la « Meuse Division ».

Pont Dun-sur-Meuse

Se diriger vers Verdun. A Sivry-sur-Meuse, monter au monument de la Grande Montagne.

- Sivry-sur-Meuse : monument de la Grande Montagne

Le monument militaire le plus imposant, pleinement intégré au paysage de la région est celui de Sivry-sur-Meuse, placé au sommet d’une colline, et dédié au 316th IR (79th ID). La mémoire de la 79th ID est assez particulière, la société de cette division est constituée assez tôt, et définit ses projets au cours d’une réunion exécutive. Le but de cette société, sorte d’association d’Anciens Combattants est d’ « organiser la mise en place des monuments et mémoriaux appropriés outre-mer ». Ce monument rappelle les actions de la division, notamment la prise de Montfaucon. Y figure son insigne, la croix de Lorraine, rappelant son théâtre principal d’opération.

Continuer ensuite jusque Souilly.

- Souilly : Monument du Quartier Général américain :

Une plaque commémorative est placée sur la façade de l’ancien quartier général de la Ist US Army, à Souilly (une seconde l’est également à Chaumont). Le bâtiment est également un lieu de mémoire important pour les Français car il a accueilli l’état-major de Philippe Pétain pendant la bataille de Verdun. La plaque découle du plan le plus ancien, établi par l’AMBC d’après l’héritage du War Department, souhaitant initialement ériger de simples plaques de bronze aux endroits les plus représentatifs de l’histoire des American Expeditionary Forces en France. La commune de Souilly est depuis peu jumelée avec la ville de Laclede aux Etats-Unis où le général Pershing a vu le jour.

Les monuments divisionnaires :

1st Infantry Division : Le monument commémoratif prend la forme d’un fût en béton placé sur un socle aménagé et surmonté d’une aigle protégeant de ses ailes une sphère frappée de l’insigne de la Big Red One. La face avant comprend une plaque en bronze qui reçoit les noms des soldats tués dans le secteur classés par régiments. Trois monuments rendent hommage à la 1st ID dans le département des Ardennes. Ceux de Saint-Juvin et de Wadelincourt sont de la forme précitée, « un fut en pierre avec une aigle et des plaques ». Le dernier à Yoncq est de conception différente, une simple « stèle en béton avec une plaque de pierre ». Ces trois monuments, situés en bordure d’une route départementale, sont bien visibles.

Juvigny

2nd Infantry Division : Le monument commémoratif prend la forme d’une boule en béton frappée d’une étoile à cinq branches. Il en existe neuf sur l’ancien champ de bataille de Meuse-Argonne, deux autres commémorent les combats de la division autour de Sommepy. Un monument est situé dans le département de la Meuse, à Moulins-Saint-Humbert, à la frontière avec les Ardennes. Huit autres sont situés dans le département des Ardennes, témoignant du fait que la division ait été engagée au moment de la rupture du front. Enfin, il en existe 3 dans le secteur du Saillant de Saint-Mihiel, près de Thiaucourt en Meurthe-et-Moselle.

4th Infantry Division : Le monument commémoratif prend la forme d’un obélisque en pierre posé sur un socle. Il reçoit l’insigne à quatre feuilles de lierre de la division et une plaque gravée « 4e division de l’armée des Etats-Unis ». L’un de ces monuments est situé à la sortie du village de Manheulles, au pied des côtes de Meuse. On en trouve un sur le théâtre d’opération Meuse-Argonne, au bord de la route de Brieulles à Nantillois, dominant le vallon du ruisseau de Wassieu.

5th Infantry Division : Le monument commémoratif prend la forme d’un obélisque à quatre faces. L’insigne de la division, le diamant rouge est peint sur une face et une plaque en bronze rappelant les conditions de déplacement de la division est placée sur une autre. A défaut d’être les plus élaborés, ces monuments sont les plus nombreux, 22 sont dispersés le long des routes de l’ancien champ de bataille. Ils se trouvent tous dans le département de la Meuse. Celui situé à la sortie de Bantheville porte l’inscription « Bois de Rappes, pris par le 11e Régiment d’Infanterie de la 5e Division US, 21 octobre 1918 ». Un obélisque non pas en béton mais en pierre de taille, sur la côte 350, près de Lion-devant-Dun, a été récemment restauré par les membres du Souvenir Français de Dun-sur-Meuse. Les monuments de la 5th ID sont les plus nombreux, ce que l’on pourrait relier avec le surnom attribué à l’unité, la « Meuse Division ».

78th Infantry Division : Dans le village de Tannay, dans les Ardennes, deux inscriptions mentionnent l’unité sur le monument aux Morts et sur une plaque de bronze dans la mairie.

- Monuments régimentaires :

372nd Infantry Regiment (93rd ID) : Un obélisque de granit est érigé à Monthois dans les Ardennes.

138th Infantry Regiment (35th ID) : Une plaque est posée dans l’église de Vauquois.

362th Infantry Regiment (91st ID) : Une plaque est posée dans l’église de Gesnes.

16th Infantry Regiment (1st ID) : Un monument de granite existe à Fléville dans les Ardennes.

369th Infantry Regiment (93rd ID) : Un monument de granite existe à Séchault dans les Ardennes.

- Divers monuments privés :

Quelques officiers américains bénéficient du privilège d’être honorés de monuments individuels. Les noms des lieutenants Marks et Hollister figurent sur des stèles de granite dans les bois de Cunel. Le lieutenant Karl G. West est honoré d’une plaque commémorative dans l’église de Nepvant. Une plaque à la mémoire du pilote Frank Luke est érigée dans le village de Murvaux. Enfin vient le cas spécial du capitaine Hamilton Coolidge, qui est exceptionnellement inhumé dans une sépulture isolée à Chevières dans les Ardennes, son nom étant aussi inscrit sur le monument aux morts du village. Une autre tombe américaine n’a pas été déplacée, celle du soldat Harmon Bushnell Craig qui repose dans le cimetière français de Ville-sur-Cousances.

Les associations auxiliaires ne sont pas oubliées, notamment la YMCA américaine, outre la plaque placée au fort de Vaux qui commémore son action auprès des soldats français, une autre plaque est dédiée à l’action de l’association caritative à Montfaucon, dans le bâtiment de l’ABMC au pied du monument. Les Services Sanitaires, tant français qu’américains voient leur contribution rappelée par une sculpture de pierre à Fleury-sur-Aire.

Téléchargez le dépliant des circuits américains en Meuse

Par Jeremy MATHEY

 

Lieux et visites

Willkommen in Fort Douaumont
21/03/2013 Willkommen in Fort Douaumont

Dauer des Besuches : etwa 45 Minuten.

Lire la suite...
Welcome to Fort Douaumont
21/01/2020 Welcome to Fort Douaumont

Duration : 45 minutes.

Lire la suite...
Welcome to Fort Vaux
21/01/2020 Welcome to Fort Vaux

Visite

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
21/01/2020 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture

Lire la suite...