Lieux et visites

Image LA REPRISE DU VILLAGE DE LOUVEMONT

11/01/2017LA REPRISE DU VILLAGE DE LOUVEMONT – 15 décembre 1916

La reprise du village marquant la fin de la bataille de Verdun

Le village de Louvemont est occupé dès le début de la bataille de Verdun, le 24 février 1916, et ne sera repris par les Français qu'au mois de décembre 1916, notamment grâce au 173e Régiment d'Infanterie dit « des Corses ».

Quelques jours avant la fin de la bataille de Verdun, le 11 décembre 1916, le général Mangin décide de l'emploi massif de l'artillerie pour la reprise de la cote du Poivre et du village de Louvemont. Jusqu'au 15 décembre, les obus causent des pertes importantes dans les lignes allemandes.

Les combattants de la 126e Division d'Infanterie (composée des 55e, 112e, 173e et 255e R.I.) détruisent la garnison allemande. De son côté, la 38e Division d'Infanterie rencontre une résistance farouche entre la cote du Poivre et le bois d'Haudromont. Après une attaque violente et meurtrière, la 38e Division d'Infanterie parvient à s'emparer des positions ennemies. Les cotes 342 (cote du Poivre) et 378 ainsi que le village de Louvemont sont repris.

Un hommage particulier au 173ème Régiment d'Infanterie

Le 21 décembre 1916, le 173e Régiment d'Infanterie est relevé sur la cote du Poivre par le 12e Régiment d'Infanterie. Acheminé par camions dans la région d'Erize-Saint-Dizier et Rosières-devant-Bar, il y stationne jusqu'au 15 janvier avant de revenir une nouvelle fois à Verdun.

Pour leur participation aux combats de la cote du poivre, les hommes du colonel Bizard, commandant du 173e Régiment d'Infanterie, obtiennent une élogieuse citation à l'ordre de l'armée : « Sous le commandement du colonel BIZARD, a atteint d'un seul élan le sommet de la côte du Poivre (cote 342), fortement organisé et tenu par l'ennemi. Son objectif atteint a poursuivi sa marche en avant, nettoyant les abris, détruisant onze canons, ramenant plus de 600 prisonniers et plusieurs mitrailleuses. ».

Le devenir des villages détruits du champ de bataille de Verdun après la Grande Guerre

Dès 1919, une loi dote chaque village détruit d'une commission municipale et d'un président, dont les pouvoirs et les prérogatives sont ceux d'un maire.

Le 9 septembre 1920, Louvemont est cité à l'ordre de l'armée par André Lefèvre, Ministre de la guerre : « Commune héroïque dont le nom doit être fidèlement gardé dans la mémoire des générations à venir. A disparu jusqu'à la dernière pierre dans l'effroyable tourmente synthétisant ainsi pour les défenseurs du sol le foyer commun menacé. A par la magie vengeresse de ses ruines décuplé l'énergie et la vaillance du Soldat de Verdun au cours des combats acharnés dont elle a été le témoin et l'enjeu. S'est acquis des titres à la reconnaissance éternelle de la Patrie. ».

Le 4 mai 1930, Louvemont inaugure un monument aux morts où sont inscrits, comme dans toutes les communes de France, les noms des enfants du village morts pour la France et le texte de la citation à l'ordre de l'Armée que le gouvernement a décernée.

Le 31 juillet 1932, la chapelle-abri de Louvemont est inaugurée. Située sur l'emplacement de l'église détruite, elle veille sur l'ancien cimetière, dont la plupart des tombes n'ont pu être retrouvées. La chapelle est ornée de deux œuvres de Lucien Lantier.

 

Copyright : Droits réservés

 

 

Lieux et visites

Château de Marbeaumont à Bar-le-Duc
08/07/2016 Château de Marbeaumont à Bar-le-Duc

Lieu

Lire la suite...
Plaque à la mémoire d’Emile Bugnon
08/07/2016 Plaque à la mémoire d’Emile Bugnon

Plaque

Lire la suite...
Le monument en honneur aux femmes
13/06/2016 Le monument en honneur aux femmes

Monument

Lire la suite...