Lieux et visites

Image Le monument de la garnison du fort de Troyon

13/02/2014Le monument de la garnison du fort de Troyon

Monument du Mois – Février 2014 

Le monument de la garnison du fort de Troyon 

Début septembre 1914, la V. Armee du Kronprinz tente une manœuvre d’encerclement de la place forte de Verdun par l’ouest et par l’est. Lors de cette opération, les troupes allemandes se heurtent à la résistance du fort de Troyon, situé au sud-est de la cité verdunoise.

Le fort de Troyon, un ouvrage des Hauts-de-Meuse

Fort de TroyonConstruit à 260 mètres d’altitude entre 1877 et 1880, le fort de Troyon est un élément de du rideau défensif qui relie les places de Verdun et de Toul.

Fort de Troyon

Situé entre Troyon et Lacroix-sur-Meuse, sur la route menant à Saint-Mihiel, cet ouvrage entièrement maçonné n’a connu aucune modernisation. Il ne dispose ni d’artillerie sous cuirasse ni d’abri bétonné.

A la mobilisation de 1914, la garnison du fort compte 6 officiers et 432 hommes issus du 166ème Régiment d’Infanterie et du 5ème Régiment d’Artillerie à Pied ainsi que quelques télégraphistes, forestiers et infirmiers.

Troyon, une épine dans l’avancée allemande

Au soir du 7 septembre 1914, les troupes du V. Armee-Korps du général von Strantz atteignent Mouilly. Afin d’encercler Verdun, les Allemands doivent franchir la Meuse et rapidement neutraliser le fort de Troyon.

Sépulture des 18 soldats ensevelis sous les décombres le 24 septembre 1914

Sépulture des 18 soldats ensevelis sous les décombres le 24 septembre 1914

Au matin du 8 septembre 1914, les forts de Troyon et de Génicourt ouvrent le feu sur les batteries allemandes. La réplique allemande ne se fait pas attendre. L’artillerie allemande, appuyée par quatre obusiers austro-hongrois de gros calibre (305-320 mm), prend le fort de Troyon pour cible. Malgré un pilonnage qui se poursuit jusque dans la nuit du 8 au 9 septembre 1914, le fort ne connaît aucun dégât majeur. Consciente du danger, la garnison contacte la place de Verdun pour en obtenir des renforts mais aucune troupe n’est disponible dans l’immédiat.

A 10 heures le 9 septembre, un parlementaire allemand, le Major Neuhoff de la X. Infanterie-Division, présente une offre de capitulation qui est rejetée par le capitaine Heym. En conséquence, les batteries allemandes délivrent un nouveau bombardement. Les Landser tentent même un assaut, repoussé par les défenseurs bénéficiant de l’intervention des pièces des forts de Génicourt et des Paroches.

S’ensevelir sous les ruines plutôt que de se rendre

Le matraquage des obus allemands reprend et enregistre quelques succès : plusieurs pièces d’artillerie françaises sont détruites ainsi qu’une traverse-abri où étaient stockées des munitions. Dans la journée du 10 septembre, une nouvelle tentative de l’infanterie allemande reste vaine.

 

Le lendemain, persévérants, les assaillants renouvellent le bombardement en doublant son intensité. Les dégâts sont à présent importants et les soldats français vivent dans l’angoisse de l’imminence d’un nouvel assaut.

Finalement, le 13 septembre, la garnison est dégagée par les unités de la IIIe armée qui contraignent au repli les forces de von Strantz. Durant six jours, le fort a tenu. Les pertes se limitent à 4 morts et 41 blessés.

Jusqu’au 20 septembre, le fort et ses abords connaissent d’importants travaux de déblaiement et de remise en état.

Plaque commémorative « A la mémoire de 18 soldats ensevelis sous les décombres d'une des poudrières du fort »

Plaque commémorative « A la mémoire de 18 soldats ensevelis sous les décombres d'une des poudrières du fort »

Le fort est à nouveau assiégé, sans résultat, du 22 au 27 septembre 1914. A noter que le 23 septembre 1914, deux obus de 305 mm austro-hongrois viennent s’écraser sur le magasin à poudre causant la mort de 18 soldats. Les dégâts sont considérables : entrée et casernement détruits et fossés comblés.

Jusqu’en 1918, l’ouvrage connaît encore plusieurs bombardements. A l’automne 1918, il sert d’hôpital de campagne pour les troupes américaines et 842 sammies y décèdent.

Un monument à la mémoire de la garnison du fort

Obélisque à la mémoire de la garnison de TroyonLe 8 septembre 1914, le commandement français fixe pour tâche à la garnison du fort de tenir à tout prix pendant deux jours. Elle allait résister beaucoup plus et permettre d’éviter d’encercler Verdun et la prise à revers de la 3ème Armée du général Sarrail.

Obélisque à la mémoire de la garnison de Troyon

Après les deux revers subis par l’armée allemande devant le fort de Troyon, tant les militaires allemands que français reconnaissent la bravoure et la ténacité des défenseurs de Troyon.

A la veille de la bataille de Verdun, le colonel Driant qui a visité l’ouvrage de Troyon, lâche à ses chasseurs du Bois des Caures : « Battez-vous comme des braves, comme ceux de Troyon ».

Le 3 mai 1916, un petit obélisque est inauguré à la mémoire des défenseurs du fort en présence du président de la République Raymond Poincaré. Sur le monument, on peut lire l’inscription suivante :

Monument commémoratif des défenseurs du fort de Troyon

« A la mémoire de la Garnison du Fort de Troyon qui, du 8 au 14 septembre 1914, résista héroïquement à toutes les attaques allemandes et permit ainsi à la 3e Armée Française de remplir son rôle dans la Victoire de la Marne »

Monument commémoratif des défenseurs du fort de Troyon

Sur le terrain du fort de Troyon, au bord de la route départementale n°964, se trouve un second monument commémoratif érigé après la Seconde Guerre mondiale grâce à l’action du Colonel Adrien Henry, ancien combattant dans le secteur de Troyon. Il porte l’épitaphe suivante : « Aux défenseurs du Fort de Troyon - Septembre 1914 ».

Par Jean-Bernard LAHAUSSE et Romain SERTELET

Pour plus d'informations :

Association "Ceux de Troyon"
BP 32 - 55300 Saint-Mihiel
Tél : 06.83.07.32.12
E-mail : fort-de-troyon@orange.fr
Site Internet : www.fort-de-troyon.com

Décembre 2013/
Janvier 2014 
 Mars 2014

Monument Poincaré

Monument

du

Mois

Stèle des fusillés

Monument en
hommage à
Poincaré 
 Stèle des
fusillés Herduin
et Millant 
à Sampigny à Fleury-devant-
Douaumont 

Crédit Photo : Fort de Troyon - © "Ceux de Troyon"
Sépultures des 18 soldats ensevelis - © Michael St. Maur Sheil
Plaque des 18 soldats ensevelis - © Martine Mangeolle
Obélisque de la garnison de Troyon / Monument commémoratif des défenseurs de Troyon – © Alain Girod

 

Lieux et visites

Willkommen in Fort Douaumont
21/03/2013 Willkommen in Fort Douaumont

Dauer des Besuches : etwa 45 Minuten.

Lire la suite...
Welcome to Fort Douaumont
21/01/2020 Welcome to Fort Douaumont

Duration : 45 minutes.

Lire la suite...
Welcome to Fort Vaux
21/01/2020 Welcome to Fort Vaux

Visite

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
21/01/2020 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture

Lire la suite...