Lieux et visites

Image Le massif de Souville

01/07/2011Lieu du Mois - Juillet / Août 2011 - Le massif de Souville

Lieu du Mois - Juillet / Août 2011  

Le massif de Souville 

Sur les hauteurs du Massif de Souville  

Sur le champ de Bataille de Verdun, Douaumont a son jumeau. Depuis les dessus du fort de Douaumont, on devine clairement à l'horizon un bombement couvert de bois, lourde colline dominant le secteur entre Tavannes et Fleury. C'est le massif de Souville, qui abrite un fort historique, ruiné par les combats de 1916 et aujourd'hui englouti par la végétation.

Massif Souville 1914

Vue aérienne du massif de Souville en 1914

Souville, un promontoire fortifié.

Dès 1872, le Général Séré de Rivières, en charge des nouvelles fortifications à mettre en place devant Verdun, identifie Souville comme un point privilégié : à 388 mètres (comme Douaumont), c'est un remarquable promontoire qui domine les Hauts de Meuse et offre un observatoire de choix sur le plateau de la Vaux-Régnier. Un important fort est très vite établi, parmi les tous premiers autour de Verdun, entre 1875 et 1879 : construit en maçonnerie de pierre et de moellons, il est alors le maillon principal de la première ligne de défense au Nord-Est de la ville. Dès 1880, l'élargissement du périmètre de la place-forte le repositionne en deuxième ligne.

Tourelle Souville

Entrée du bloc de tir de la tourelle Bussière

De fait, il devient un fort secondaire et ne bénéficiera pas des travaux de modernisation qui seront appliqués sur les principaux ouvrages de la place, après 1886, pour accroitre leur résistance à l'artillerie. Tout au plus va-t-on renforcer son magasin à poudre en le recouvrant d'une carapace de béton spécial épaisse de 2,50 mètres, constituant ainsi un abri à l'épreuve qui se révélera essentiel au cours de la bataille de Verdun. En revanche, l'ensemble du promontoire se trouve renforcé par de nouvelles fortifications. On établit au devant du fort et sur ses flancs des batteries pour de l'artillerie. Dans les profondeurs du massif, on crée un magasin-abri caverne, vaste ensemble de casemates protégées sous 8 mètres de roche et reliées au fort par deux gaines bétonnées. Enfin, en 1890, on installe en arrière du fort une tourelle cuirassée à éclipse. Cette tourelle modèle « Bussière », est un exemplaire unique, construit pour être testé au camp de Chalons. Non retenu pour une production en série, il est finalement implanté à Verdun, où il constitue à l'époque le tout premier cuirassement installé sur la place forte.

Souville, 12 juillet 1916 : les Thermopyles de la France

Depuis le 7 juin 1916, les Allemands, déjà maîtres de Douaumont, se sont emparés du fort de Vaux après une siège de 100 jours. Ils savent que la décision devant Verdun doit être acquise dès le début de l'été, afin de devancer l'opération d'envergure que Français et Anglais préparent sur la Somme. Après l'échec de leur offensive du 23 juin, ils multiplient les assauts localisés afin d'établir une percée. Souville est un objectif prioritaire : depuis des mois, c'est une position redoutée dont les batteries arrosent les lignes allemandes. C'est aussi un observatoire d'artillerie et un important poste optique qui assure les communications entre les lignes de défense et l'arrière. Enfin, dans le massif bétonné de la tourelle Bussière se trouve le PC de la 262e brigade. De fait, Souville est bombardé en permanence depuis le mois de mars : pas moins de 150 obus par jour, avec des pointes à 1200 obus. D'avril à juin 1916, le fort reçoit ainsi plus de 44000 obus de tous calibres : au début de l'été, il n'est plus qu'une ruine informe, au casernement écrasé, aux murs et fossés en partie éboulés et comblés, où la garnison en est réduite à se réfugier dans le magasin bétonné, seule partie encore intacte.

Entrée Abri Caverne

Entrée de l'abri-caverne située en contrebas du fort en 1917

A l'aube du 12 juillet, les Allemands lancent un assaut vers le fort : le fort n'est plus défendu que par une poignée de territoriaux et par la 3e compagnie du 7e RI : montée en ligne au soir du 11 juillet sous un déluge d'obus, elle n'a pu progresser jusqu'à son objectif et a trouvé refuge au fort durant la nuit. Ses soixante survivants, sous le commandement du Lieutenant Dupuy, vont prendre en main le salut de la forteresse. Pendant plusieurs heures, la bataille se déroule autour du fort, dans ses fossés et jusque sur ses ruines. On se bat au fusil, à la grenade, sous les feux d'enfilade des mitrailleuses et sous la voûte d'acier des tirs de barrages allemands et français qui, dans la confusion, pilonnent ensemble le fort. Vers 11 heures, l'assaut est repoussé, les Allemands survivants sont faits prisonniers, les renforts envoyés en toute hâte arrivent enfin : ici, sur le Mont de Souville, une poignée d'hommes a tenu la dernière porte dressée devant Verdun. Non loin de là, au carrefour de la Chapelle Sainte Fine, un monument figurant un lion terrassé symbolise l'échec des derniers assaut ennemis devant Verdun, marquant ce lieu qui fut, au matin du 12 juillet, pour quelques heures, les Thermopyles de la France.

Pour découvrir le Massif de Souville :

Pour aborder le massif de Souville, le point de départ idéal est l'aire de repos de Souville, située à l'entrée du champ de bataille par la route qui y monte depuis Verdun. De là, une randonnée (pédestre ou en VTT) permet de parcourir le site en suivant l'ancien chemin militaire qui menait au fort. Le parcours est balisé, et les principaux points d'intérêt sont équipés d'une information historique sur site. A pied, il faut compter 1h aller-retour.

Le circuit permet de découvrir le site de la tourelle Bussière, dont l'épaisse calotte de fer est aujourd'hui figée en position éclipsée. L'accès à l'intérieur du bloc de tir, dont l'entrée a souvent été confondue avec celle du fort de Souville, n'est pas autorisé. On peut sur place observer la présence d'une cloche cuirassée et d'une casemate Pamart pour mitrailleuses. Ces éléments, mis en place en 1917, sont venus renforcer les capacités d'observation et de défense du secteur, dans le cadre des « travaux 17 ».

Souville

Entrée ruinée du fort de Souville (carte postale colorisée, vers 1920)

En poursuivant le chemin, on arrive au pied d'un imposant rempart, tapi au fond d'une large tranchée d'accès : il s'agit de l'entrée du magasin caverne de Souville, dont l'accès est rendu impossible par la disparition de sa passerelle. Au dessus de cette entrée se trouvent les ruines du fort de Souville. Il est possible, en cheminant à travers bois, d'approcher les vestiges du fort, mais son accès n'est pas autorisé, à la fois en raison de la dangerosité des ruines mais aussi dans le cadre des mesures de protection mises en place pour préserver les populations de chauve-souris qui en occupent les galeries souterraines. Après cela, on peut revenir sur ses pas, ou poursuivre jusqu'au bout du chemin pour déboucher sur la route qui mène vers Vaux et Tavannes, à hauteur de la Batterie de l'Hôpital : au delà s'étend le plateau de La Vaux Régnier, enjeu de terribles combats au cours du printemps et de l'été 1916.

Rubrique écrite par Airy DURUP DE BALEINE,
chargé de mission à la Mission Histoire

Juin 2011 Septembre 2011

Deutsch Esk

Lieu

du

Mois

Pont Pershing

Deutsch Eck Pershing
Memorial Bridge
Arrière-front
allemand
 Arrière-front
allemand

Crédit Photos : Vue aérienne du massif de Souville en 1914. Au centre, le fort de Souville et sa batterie annexe Est. A gauche, la trouée du plateau de la Vaux Régnier. On devine en haut à gauche la silhouette du fort de Vaux. A l'époque, le secteur était largement occupé par des terres agricoles - © DR
Entrée du bloc de tir de la tourelle Bussière. 1916 - © DR
L'entrée de l'abri-caverne située en contrebas du fort en 1917. Au premier plan, le Général Corvisart pose pour le photographe - © DR
L'entrée ruinée du fort de Souville. Carte postale colorisée, vers 1920. On notera le paysage totalement dénudé du champ de bataille - © DR

 

Lieux et visites

Willkommen in Fort Douaumont
21/03/2013 Willkommen in Fort Douaumont

Dauer des Besuches : etwa 45 Minuten.

Lire la suite...
Welcome to Fort Douaumont
21/01/2020 Welcome to Fort Douaumont

Duration : 45 minutes.

Lire la suite...
Welcome to Fort Vaux
21/01/2020 Welcome to Fort Vaux

Visite

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
21/01/2020 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture

Lire la suite...