Lieux et visites

Image Le bois de la Gruerie

10/05/2012Lieu du Mois - Mai 2012 - Le bois de la Gruerie

Lieu du Mois - Mai 2012

Le bois de la Gruerie

« Je travaille le plus possible, fort, très fort, et j’ai du bois G. des choses épatantes, en grands croquis rehaussés de couleurs. Tu verras ma belle, c’est très chic et puis il y en a une moisson ». Mathurin Méheut

Un guetteur au bois de la Gruerie

Un guetteur au bois de la Gruerie 7 septembre 1915
Musée de Lamballe

Le bois de la Gruerie se situe à la bordure occidentale de la forêt d’Argonne, sur le territoire du département de la Marne. Il tient son nom d’un droit royal, la gruerie ou grurie, par lequel le souverain percevait une partie des coupes de bois. De septembre 1914 à l’automne 1918, le bois se trouve sur la ligne de front et est l’objet de combats acharnés. En août 1915, le 136e R.I., dans les rangs duquel on compte l’artiste-peintre Mathurin Méheut, y tint garnison.

I) D’un simple nom sur les cartes négligé par les uns et les autres à un secteur de première importance

Bois de la GruerieA la fin août 1914, la guerre de mouvement règne sur l’ensemble du front occidental et elle est favorable aux armées allemandes qui progressent partout. A l’est de Verdun, les IV. et V. Armeen débordent largement l’aile gauche de la 3e armée. Même si elle n’est pas occupée, la forêt d’Argonne se trouve alors dans l’arrière front allemand. Néanmoins, en septembre 1914, le sort des armes s’inverse avec la bataille de la Marne et les troupes du Kaiser battent en retraite. La nouvelle ligne de front qui se cristallise passe par la zone difficile d’accès de l’Argonne. Elle marque également la zone de contact entre la IV. et la V. Armeen. Le 24 septembre, les premiers coups de feu sont échangés dans le bois de la Gruerie lorsque des Landser tentent d’y pénétrer pour couvrir l’aile gauche de l’Armee du duc de Wurtemberg. Le 29 septembre, une importante décision intervient dans le camp allemand. Le général von Mudra, avec le XVI. Armeekorps et la 27 I.D., détachée de la IV. Armee, reçoit pour mission de s’emparer du massif forestier d’Argonne. Une phase de combats acharnés s’ouvre…

II) Du bois de la Gruerie au bois de la Tuerie

A partir d’octobre, les Allemands prennent la route de Varennes pour objectif et lancent des assauts meurtriers dans le bois de la Gruerie par lequel passe les lignes françaises. Une violente offensive allemande se déclenche dans le bois, le 29 janvier 1915, à 6 heures 30. Les fantassins de la 27. I.D., parmis lesquels on compte un certain Oberleutnant Rommel, heurtent les Poilus de la 40e D.I., particulièrement surpris par la brièveté de la préparation d’artillerie. Les Allemands déplorent plus de 400 tués et les Français 3000 hommes hors de combat en deux jours. Le bois gagne un nouveau nom : « Bois de la Tuerie ». Une nouvelle tentative allemande d’importance intervient, le 13 juillet 1915. Dans la perspective de l’attaque, la 86. Infanterie Brigade reçoit l’appui de plusieurs lance-flammes. Les hommes de la 42e D.I. encaissent le choc et tiennent bon. Le lendemain, les soldats français franchissent les parapets pour passer à la contre attaque, en vain.

Bois de la Gruerie les pommiers

Bois de la Gruerie les pommiers 27 septembre 1915 - Coll. Part.

Cadavres de coloniaux. Bois de la Gruerie.

Cadavres de coloniaux. Bois de la Gruerie. Août 1915 - Coll. Part.

III) Mathurin Méheut au bois de la Gruerie

En août 1915, le 136e R.I. relève un régiment colonial au bois de la Gruerie. Le sous-lieutenant Méheut y séjourne en première ligne et prend rapidement conscience du caractère acharné des combats : « Les attaques boches succèdent aux attaques des nôtres – grenades toujours, toujours, et dans le bois quel vacarme. C’est vraiment pour qui ne connaît pas l’artillerie quelque chose d’effrayant. Ne t’effraie pas, belle, je serai prudent tout en remplissant mon devoir de soldat, de Français. Quelles luttes pour un coin de bois, tu n’as pas idée. Les tranchées changent continuellement, quelquefois même plusieurs fois par jour de propriétaire […] pan ! les fascines sur lesquelles j’écris me tombe sur la figure et tachent le papier, j’aime mieux cela qu’une marmite. » Son séjour en Argonne s’étend jusqu’à mai 1916 et il prend le temps de peintre certaines de ses plus belles œuvres.

Avec l’offensive sur Verdun, les combats en Argonne occidentale diminuent considérablement en intensité et les hommes peuvent se consacrer à l’aménagement des positions. Il faut attendre l’offensive américaine de Meuse-Argonne, en septembre 1918, pour que le secteur sorte de son demi-sommeil.

Par Romain SERTELET

Le vieux pâtre donne de mauvaises nouvelles avant de monter au bois de la Gruerie

Le vieux pâtre donne de mauvaises nouvelles avant de monter au bois de la Gruerie - Coll. Part.

Source :

JUDE Elisabeth et Patrick, Mathurin Méheut 1914-1918 des ennemis si proches, Rennes, Editions Ouest-France, 2001.

BERNEDE Allain, « Les combats oubliés d’Argonne » in 14-18 le magazine de la Grande Guerre, 14-18 Editions, Hors Série n°7 décembre 2007, 132 p.

Avril 2012 Juin 2012

Cimetière d'Arnaville

Lieu

du

Mois

Mont-devant-Sassey

Camp de
prisonniers
roumains
 Mont-devant-
Sassey
Saillant de
Saint-Mihiel
 Arrière-front
allemand

 Crédit Photo : © Collection particulière

 

Lieux et visites

Ouvrage du Hackenberg
25/07/2019 Ouvrage du Hackenberg

Ligne Maginot

Lire la suite...
Le cimetière militaire de Spincourt
15/02/2019 Le cimetière militaire de Spincourt

Lieu

Lire la suite...
Stèle à la mémoire d’Henry Gunther
16/10/2018 Stèle à la mémoire d’Henry Gunther

Dernier Américain tué pendant la Première Guerre mondiale.

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
02/02/2015 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture.

Lire la suite...