Lieux et visites

Image Romagne-sous-les-Côtes

01/03/2011Lieu du Mois - Mars 2011 - Romagne-sous-les-Côtes, un village à l'heure allemande

Lieu du Mois - Mars 2011 

Romagne-sous-les-Côtes, un village à l'heure allemande 

Entre l'automne 1914 et novembre 1918, une large partie du département de la Meuse est occupée par les armées allemandes. A vingt kilomètres au Nord-Est de Verdun, le petit village de Romagne-sous-les-Côtes devient vite une base d'appui importante dans l'arrière-front allemand devant Verdun.

Une position privilégiée devant Verdun

Le secteur de Romagne-sous-les-Côtes présente une géographique singulière. Il est en effet marqué par un ensemble de buttes, détachées en avant des Hauts de Meuse qui sont tenus par les positions françaises. Ces buttes (Côte de Romagne, Morimont, Côte d'Horgne, Côte de Chaumont), surplombant la plaine de près de 150 mètres, offrent de précieux observatoires, en même temps que leurs versants tournés vers le Nord, à l'abri des vues et de l'artillerie françaises, permettent d'implanter à flanc de côteaux, en toute discrétion et sûreté, des cantonnements et des abris.

Romagne 3

Photographie aérienne allemande des campements situés à l'Ouest de Romagne, 22 juillet 1918

Situé au coeur de ce dispositif, le village de Romagne était dès lors tout désigné pour devenir le noyau d'une importante base logistique.

Romagne, une importante base arrière

Dans le village resté intact, les civils restants, femmes, enfants et hommes âgés, sont regroupés puis déportés vers l'arrière. Les maisons sont rapidement réinvesties pour servir de cantonnement, de foyer du soldat ou pour loger les états majors. Un hôpital est aussi installé dans l'église. Bientôt, le village est électrifié au moyen de petites centrales électrogènes et sillonné par les lignes du réseau de téléphone qui maille toutes les positions de l'arrière front.

Romagne 1

Cantonnements sur les lisières du village de Romagne, au pied du Morimont

Progressivement, les installations vont s'étoffer et déborder le périmètre du village : au plus fort des opérations allemandes devant Verdun, ce seront 18 000 soldats allemands qui occuperont le secteur. Dans le cadre du déploiement d'un réseau de voies ferrées à usage militaire, Romagne est dotée d'une gare avec dépôt et triage. On implante aussi un ensemble de boulangeries, tandis qu'un camp de prisonniers russes est installé. Par ailleurs, le village étant de plus en plus exposé aux tirs de l'artillerie française et aux bombardements aériens, notamment à partir de 1916, on y aménage de nombreux blochkaus bétonnés qui offrent un abri en cas d'alerte.

Des traces à découvrir

Romagne garde d'importantes traces de ces années de guerre. Le village, presque totalement ruiné en novembre 1918 (seules quelques maisons anciennes ont été conservées) est marqué par l'empreinte architecturale de la reconstruction qui s'achève avec l'inauguration de la nouvelle église en 1934. Au pied de l'église, le monument aux morts de la commune associe combattants et victimes civiles mortes au cours de la déportation en Allemagne. En lisière du village, un cimetière rassemble les sépultures de 2226 soldats allemands et rappelle les sacrifices consentis par ces jeunes soldats durant la bataille devant Verdun.

Enfin, à Azannes (à quatre kilomètres de Romagne), sur le Domaine des Roises, on peut découvrir une restitution du site du Camp Elisabeth. Exhumé après des décennies d'oubli, ce camp dressé au pied de la Côte de Romagne, avec ses baraquements de bois, ses cuisines et ses chambrées souterraines, était un important cantonnement développé par les Allemands dans le cadre de leur offensive devant Verdun.

Pour visiter :

Romagne-sous-les-Côtes est accessible depuis Verdun en voiture (compter 30 minutes pour parcourir les 25 km) par la D905 (direction Montmédy), puis la D65 et la D66 (direction Mangiennes et Longuyon).

Romagne 4

Le village ruiné en 1918. Carte postale


Renseignements sur le Camp Elisabeth :
www.vieuxmetiers.com

Pour en savoir plus :

Une petite découverte de l'histoire de Romagne-sous-les-Côtes durant la Grande Guerre, avec un site conçu par des écoliers meusiens :
http://14-18.lecrivainpublic.net/scripts/travail.php?doc=192
Sur la vie des Meusiens sous l'occupation allemande, un dossier à lire dans 14-18 - le magazine de la Grande Guerre, N°45, juin-juillet 2009.
Une lecture pour se replonger dans la vie quotidienne des soldats allemands dans l'arrière-front : Werner Beumelburg, Combattants allemands à Verdun. Paris, Payot, 1934.

Rubrique écrite par Airy DURUP DE BALEINE,
chargé de mission à la Mission Histoire

Février 2011 Avril 2011 

Fort de Douaumont

Lieu

du

Mois

 Hôpital de Gobessart

Fort de
Douaumont
 Hôpital
allemand
de Gobessart
 
Champ de bataille
de Verdun
  Saillant
de Saint-Mihiel

Crédit Photo : Cantonnements sur les lisières du village de Romagne, au pied du Morimont (sd, circa 1916-1918) - © DR
Photographie aérienne allemande des campements situés à l'Ouest de Romagne, 22 juillet 1918 -
© DR
  Le village ruiné en 1918. Carte postale -
© DR

 

Lieux et visites

Plaque de l’église de Gesnes-en-Argonne
02/11/2017 Plaque de l’église de Gesnes-en-Argonne

Plaque commémorative

Lire la suite...
Terrain d'aviation d'Amanty
23/05/2017 Terrain d'aviation d'Amanty

Lieu

Lire la suite...
Le fort de Landrecourt
05/07/2017 Le fort de Landrecourt

Monument

Lire la suite...
Hôpital militaire, Deuxnouds-devant-Beauzée
05/07/2017 Hôpital militaire, Deuxnouds-devant-Beauzée

Lieu

Lire la suite...