Lieux et visites

Image MONUMENT DES GARIBALDIENS

01/01/2011Monument du Mois - Janvier 2011 - MONUMENT DES GARIBALDIENS à LACHALADE

Monument du Mois - Janvier 2011

Monument des Garibaldiens

Il est érigé à la mémoire des 590 volontaires italiens morts en Argonne et des frères Garibaldi, Bruno (tué à Bolante le 26 décembre 1914) et Costante (tué à Courtes-Chausses le 5 janvier 1915). 

Le monument en pierre de taille porte trois bas-reliefs en bronze : de part et d’autre, les portraits de Bruno et Costante Garibaldi et, au centre, une aile traversée par un glaive au-dessus de l’inscription « Optatum foedus amoris Bruno e Costante Garibaldi con cinquecento legionari caddero su questa terra di Francia e furono l’eroica avanguardia dell’Italia di Vittorio Veneto ».

Monument des Garibaldiens

Il est édifié par l’Association Nationale des Volontaires de Guerre d’Italie et inauguré le 21 avril 1932 (S. Vatteroni sculpteur à Carrare).

Le sculpteur

Sergio Vatteroni est à la fois peintre, graveur et sculpteur. II compte parmi les graveurs de premier plan de la première moitié du XXe siècle en Italie et a été doyen de l’« Académie des beaux-arts de Carrare ». Célèbres sont ses gravures sur les fouilles et la transformation du marbre de Carrare.

L'inauguration

La cérémonie d’inauguration du 21 avril 1932 est placée sous la présidence du ministre français de l’instruction publique, M. Mario Roustan, et de l’ambassadeur d’Italie en France, le comte Manzoni. Sont également présents M. Colselschi, président des Volontaires italiens et député au Parlement de Rome; les délégués des Volontaires français et italiens; l’association des anciens combattants de Saint-Menehould.

Dans son discours, le comte Mazoni rappelle le sacrifice des volontaires italiens. La cérémonie se clôt avec le discours de M. Roustan évoquant l’élan qui porta les Italiens à constituer le premier contingent de volontaires, les Garibaldiens.

Les frères Garibaldi

Monument des Garibaldiens

Ils sont six petits-fils de Guiseppe Garibaldi, héros de l’indépendance italienne, engagés dans le 4e régiment de marche du 1er régiment étranger de la Légion étrangère (commandé par Peppino Garibaldi) qui combat en France de novembre 1914 à janvier 1915, avant l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Entente.

Un illustre Garibaldien

Lazare Ponticelli (1897-2008), dernier ancien combattant français de la Première Guerre mondiale, a fait partie de ce régiment des Garibaldiens et a participé aux combats d’Argonne.

Les Italiens seront également présents en Argonne (secteur de l’Aire à Avocourt) en mai-juin 1918 par leurs 3e et 8e divisions d’infanterie (2e corps d’armée).

Les Garibaldiens tombés en Argonne

Près du monument, se trouve l’emplacement avec la croix du souvenir de l’ancien cimetière des Garibaldiens dont les corps ont été regroupés plus tard au cimetière italien de Bligny, près de Reims dans la Marne. Ce cimetière rassemble 3 440 corps dont 3 040 en tombes individuelles et 400 en ossuaire. Les corps furent exhumés de Lachalade à partir de 1919 et certains rendus aux familles, en Italie ou en France. Quelques-uns ont été enterrés au cimetière français de La Forestière è Lachalade.

Au total, 41 000 soldats italiens ont combattu en France au cours de la Première Guerre mondiale, 5 000 y sont morts.

L'épopée des Chemises rouges

Alors que l’Italie n’est pas encore entrée en guerre du côté de l’Entente, la France reçoit l’aide de la Légion garibaldienne que le commandement français envoie se battre en Argonne.

Cette unité constituée d’environ 2 000 combattants volontaires italiens existe de novembre 1914 à mars 1915. On y trouve six petits-fils de Giuseppe Garibaldi, ancien héros de l’indépendance italienne, dont Peppino qui la commande. Ces hommes sont issus en majorité des régions françaises de forte immigration italienne (Midi, région lyonnaise, région parisienne), mais aussi des villes du nord et du centre de l’Italie, certains viennent d’Afrique du nord et même des Etats-Unis. Leur participation à la guerre est fondée essentiellement sur l’amour de la France ainsi que sur les idéaux républicains ou nationalistes. Au total, sur près de 2 000 hommes, 590 Garibaldiens sont « morts pour la France ».

Rubrique écrite par Franck MEYER,
chargé de mission à la Mission Histoire

Décembre 2010
Février 2011

Tranchée des Baïonnettes

Monument

du

Mois

Ossuaire de la Haute-Chevauchée

Tranchée
des Baïonnettes
 Ossuaire de la
Haute-Chevauchée

à Douaumont

Forêt d'Argonne

Crédit Photo : © Monument des Garibaldiens

 

Lieux et visites

Stèle à la mémoire d’Henry Gunther
16/10/2018 Stèle à la mémoire d’Henry Gunther

Dernier Américain tué pendant la Première Guerre mondiale.

Lire la suite...
Le manège du quartier d’Anthouard
05/10/2018 Le manège du quartier d’Anthouard

Lieu

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
02/02/2015 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture.

Lire la suite...
Le monument des ânes de Belleville-sur-Meuse
21/06/2018 Le monument des ânes de Belleville-sur-Meuse

Cette croix est située sur un chemin allant de Belleville à Fleury.

Lire la suite...