Lieux et visites

Image Monument à la Victoire

01/06/2010Monument du Mois - Juin 2010 - Monument à la Victoire

Monument du Mois - Juin 2010

Le Monument à la Victoire à Verdun

Le monument est érigé au sommet d'un escalier monumental qui relie ville basse (rue Mazel) et ville haute (place de la Libération), entre deux murailles percées de fausses meurtrières, dans la partie effondrée de l'ancien rempart de la Fermeté (XIIe-XIIIe siècle) qui ceinturait la ville médiévale. Du haut d'une tour pyramidale de 30 m au sommet tronqué, un guerrier franc appuyé sur son épée massive monte la garde, le regard porté vers les champs de bataille à l'est. Au pied de la pyramide, une crypte abrite trois niches présentant sur des socles de marbre les Livres d'Or des soldats français et américains ayant combattu en Meuse (les Livres sont aujourd'hui visibles en mairie). A l'origine, une décoration spéciale, « La Médaille de Verdun », était décernée à chaque combattant de Verdun survivant. La crypte, d'abord prévue plus vaste, devait être un ossuaire pour les restes épars trouvés sur le champ de bataille. Elle devait aussi accueillir les sarcophages des 7 soldats inconnus après la cérémonie de 1920 à la citadelle et qui ont finalement été déposés au cimetière militaire du Faubourg-Pavé. De part et d'autre du monument, deux canons russes de la Première Guerre mondiale pris aux Allemands. Aujourd'hui, l'escalier est scindé en son centre par une cascade symbolisant la vie renaissante. Elle rejoint le grand jet d'eau au bord de la Meuse en descendant l'avenue de la Victoire.

Monument à la victoire

Les concepteurs du monument

L'architecte est Léon Chesnay de la société La Cité Nouvelle, groupement d'architectes parisien maître d'oeuvre de la reconstruction de Verdun à partir de 1919.

Le sculpteur de la statue sommitale est Jean Boucher (1870-1939), ancien combattant de Verdun. Appelé sous les drapeaux au grade de sergent dans l’infanterie, il reviendra avec le grade de lieutenant et décoré de la croix de guerre. Il consacrera une large partie de son oeuvre à glorifier les combattants morts pour la France. Il est le créateur des monuments dédiés aux Saints-Cyriens, au maréchal Joseph Gallieni, aux volontaires américains, à l'aviateur Édouard Le Mounier, aux morts de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris, etc.
La porte en fer forgé de la crypte est de Victor Prouvé (1858-1943). Pratiquant toutes sortes de techniques, il est à la fois peintre, graveur, sculpteur, ferronier d'art et décorateur. Artiste majeur en Lorraine, il succède à Emile Gallé à la tête de l'école de Nancy.

Inauguration et mémoire du monument à la Victoire

Dès 1916, l'idée d'immortaliser par un monument la bataille de Verdun est présente au sein du conseil municipal. La première pierre est posée symboliquement par le ministre de la Guerre André Lefèvre le 23 juin 1920 et l'année suivante sont approuvés les plans de l'architecte Léon Chesnay pour le monument « à la Victoire Française et aux Soldats de Verdun ». Malgré des travaux commencés seulement en 1926, l'édifice peut être inauguré le 23 juin 1929 lors des importantes cérémonies qui célèbrent la « renaissance » de Verdun après dix ans de reconstruction, en présence d'une foule considérable et des présidents de la République (Gaston Doumergue), du Conseil (Raymond Poincaré), des Assemblées, de différents ministres ainsi que du maréchal Pétain.

La Flamme du Souvenir

Manifestation et cérémonie organisées par le Comité de la Voie sacrée et de la Voie de la Liberté. Chaque année, la Flamme est prélevée sur la tombe du Soldat Inconnu qui repose sous l'Arc de Triomphe à Paris. Des athlètes des ministères de l'Intérieur et de la Défense ainsi que des scolaires l'acheminent par étapes jusqu'au monument à la Victoire de Verdun qui l'abrite dans sa crypte. Du 1er au 11 novembre, la Flamme connaît plusieurs ravivages par des élus, des présidents d'associations d'anciens combattants et des personnalités diverses. Elle est également partagée et remise à des délégations de différentes communes venues la chercher pour la déposer devant leur monument aux morts lors des cérémonies du 11 novembre.

Rubrique écrite par Franck MEYER,
chargé de mission à la Mission Histoire

Mai 2010
Juillet 2010

Ossuaire Place Isly

Monument

du

Mois

Eglise Marbotte

Ossuaire
Place d'Isly

Eglise
Saint-Gérard

à Verdun

à Marbotte


Crédit Photo : Monument à la Victoire - © Mission Histoire

 

Lieux et visites

Le manège du quartier d’Anthouard
05/10/2018 Le manège du quartier d’Anthouard

Lieu

Lire la suite...
Stèle à la mémoire d’Henry Gunther
16/10/2018 Stèle à la mémoire d’Henry Gunther

Dernier Américain tué pendant la Première Guerre mondiale.

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
02/02/2015 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture.

Lire la suite...
Cimetière américain Meuse-Argonne
09/05/2018 Cimetière américain Meuse-Argonne

Lieu de mémoire

Lire la suite...