Lieux et visites

Image Monument aux morts verdunois de 1914-1918

01/11/2010Monument du Mois - Novembre 2010 - Monument aux enfants de Verdun morts pour la France

Monument du Mois - Novembre 2010

Le Monument aux enfants de Verdun morts pour la France 

Le monument aux morts verdunois de 1914-1918 est bien emblématique de la devise que le comité d'érection tenait à voir exprimée dans l'oeuvre : « On ne passe pas ». C'est l'effet qui se dégage de ces cinq poilus au coude-à-coude, faisant obstacle de leur corps dans l'ouverture d'un rempart lui-même enchâssé dans la cadre austère des fortifications de Verdun. 

Monument aux Morts à Verdun

Massives et géantes, les cinq statues rendent hommage à quelques figures familières de la Grande Guerre. De gauche à droite, le cuirassier avec son sabre, son casque caractéristique et sa pèlerine, image d'une armée des siècles passés d'où le cheval est en train de disparaître; puis, le territorial emmitouflé dans sa toile de tente pour se protéger des intempéries, prêt à toutes les tâches ingrates comme jeter des pelletées de cailloux sous les roues des camions de la Voie sacrée ou creuser des tranchées; au centre, jeune, déterminé, poings serrés, le fantassin aux cartouchières bien garnies, dans son uniforme de 1916, héros de tous les champs de bataille et vainqueur de Verdun; ensuite, avec ses airs de vieux grognard moustachu, le colonial à la vareuse aux pans relevés et, contre les rigueurs de l'hiver meusien, une écharpe autour du cou, sans doute tirée d'un colis familial; enfin, l'artilleur équipé de ses indispensables jumelles pour le pointage du canon, seigneur de la guerre moderne de plus en plus technique et industrielle.

Plaque du Monument aux Morts à Verdun

On peut lire sur le monument les noms des Verdunois morts en 1914-1918, au nombre de 518, 510 militaires et 8 victimes civiles des bombardements. Depuis, sont venus s'ajouter les noms des tués, militaires et civils de la Seconde Guerre mondiale, des prisonniers, des déportés, des FFI et des soldats morts dans les territoires d'Outre-Mer et d'Afrique du Nord.

Le sculpteur

Le sculpteur Claude Grange (1883-1971), né à Vienne (Isère), Grand Prix de Rome et membre de l'Académie des Beaux-Arts, a combattu au 5e régiment d'infanterie coloniale de Lyon. Après la guerre, il réalise le monument aux morts de sa ville natale (1926), celui de Verdun et le monument des Basques au Chemin des Dames (1928), tous deux en collaboration avec l'architecte Mathieu Forest, ancien combattant qui a perdu une jambe dans le secteur de Verdun. Grange est aussi l'auteur du Parc de la Tête d'Or à Lyon et d'un buste de Berlioz (musée de Vienne). Enfin, en 1960, il est l'un des seize sculpteurs des hauts-reliefs du Mémorial de la France Combattante du Mont Valérien en produisant la stèle des Forces aériennes françaises libres (FAFL).

Il est nommé membre de l'Institut en 1950 et préside cette institution de 1953 jusqu'à se mort en 1971.

L'inauguration

Le monument aux morts de Verdun est inauguré le 1er novembre 1928 sous la présidence d'André Maginot, alors ministre des Colonies. Sont présents à la cérémonie le général de Lardemelle, les sénateurs Magny, Chevalier et Lecourtier, les évêques Ginisty et Gatinois, les députés Didry et Taton-Vassal ainsi que les familles des morts honorés par le monument.

L'oeuvre est d'abord remise officiellement à la Ville de Verdun et à son maire Victor Schleiter, en présence de ses créateurs MM. Grange et Forest. Puis a lieu l'appel des morts avec la longue énumération des noms. Les discours officiels sont prononcés par MM. Schleiter, Lecourtier et Maginot. A propos de ce dernier, Henri Frémont, directeur du Bulletin Meusien écrit dans ses colonnes le 3 novembre 1928 : « Avec M. Maginot, ce fut une revue puissante, ordonnée et grave de ce que la France demande et exige de tous actuellement. Pour M. Maginot, cette journée de glorification verdunoise fut l'occasion d'une haute leçon de clairvoyance nationale, de discipline.

Par Franck MEYER

Revue de presse :

Est Républicain du 21 août 2013 : "Verdun : la symbolique du monument aux morts"
Est Républicain du 21 août 2013 : "Résistance de pierre" 

Octobre 2010
Décembre 2010

Monument du Bois d'Ailly

Monument

du

Mois

Tranchée des Baïonnettes

Monument
du Bois d'Ailly

 Tranchée des
Baïonnettes

à Saint-Mihiel

à Douaumont

Crédit Photo : Le monument aux morts verdunois de 1914-1918
- © Chemins de Mémoire

 

Lieux et visites

Stèle à la mémoire d’Henry Gunther
16/10/2018 Stèle à la mémoire d’Henry Gunther

Dernier Américain tué pendant la Première Guerre mondiale.

Lire la suite...
Le manège du quartier d’Anthouard
05/10/2018 Le manège du quartier d’Anthouard

Lieu

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
02/02/2015 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture.

Lire la suite...
Le monument des ânes de Belleville-sur-Meuse
21/06/2018 Le monument des ânes de Belleville-sur-Meuse

Cette croix est située sur un chemin allant de Belleville à Fleury.

Lire la suite...