Lieux et visites

Image Stèle dédiée à Jean Bouin

07/06/2012Monument du Mois – Juin 2012 : Stèle dédiée à Jean Bouin

Monument du Mois – Juin 2012

Stèle dédiée à Jean Bouin

Jean Bouin ou comment la Grande Guerre met un terme aux rêves olympiques

Jean BouinNé le 21 décembre 1888 à Marseille dans une famille de commerçants, Jean Bouin déborde d’énergie et se passionne pour le sport dès son plus jeune âge : pendant les récréations, il fait des tours de la cour de l’école et agace son instituteur, Joseph Pagnol (le père de Marcel Pagnol).

Il pratique dès 15 ans de nombreux sports (course à pied, escrime, natation, gymnastique, …) et est fasciné par les exploits des coureurs à pied.

Il créé alors avec des amis l’Athlétique Club de l’Ecole et de l’Industrie et se fait rapidement remarquer par ses qualités, ses nombreuses victoires et son entraînement associant course, hygiène de vie et contrôle de vie.

Ses exploits lui offrent une sélection pour les Jeux Olympiques en 1908 à Londres. Malheureusement, il ne sera pas autorisé à concourir pour des problèmes disciplinaires (il a pris part à une rixe dans un bar).

Licencié au Phocée Club de Marseille, il remporte son premier titre de champion de France de cross-country en 1909 puis trois autres (1910, 1911 et 1912) sous les couleurs du Club Athlétique de la Société Générale de Paris. Il gagne trois fois le Cross des Nations à Derby (1911 à 1913) et devient champion de France du 10 000 mètres en 1911 (record du monde en 30min 58s) et champion de France du 5 000 mètres en 1912 (record de France en 14min 36s).

Jo de Stockholm en 1912Recordman du monde des 3 miles (4837 mètres), il participe aux Jeux Olympiques en 1912 à Stockholm. Lors de l’épreuve du 5 000 mètres, Jean Bouin mène toute la course mais il est coiffé sur le fil par le finlandais Hannes Kolehmainen.

Ce petit athlète (1,67 m pour 70 kg) relate en 1912 les clés de sa réussite dans un livre Comment devient-on champion de course à pied.

Médaillé d’argent aux JO en 1912, il revient un an plus tard sur les terres finlandaises et bat le record du monde de l’heure avec 19,219 km.

Ce nouveau record augure d’un avenir radieux pour Jean Bouin qui veut sa revanche avec Kolehmainen aux prochains Jeux Olympiques. La Grande Guerre va mettre un terme aux rêves de Bouin.

Jean Bouin soldatIncorporé au 163ème Régiment d’Infanterie, le soldat de 2ème classe Jean Bouin participe à la première bataille de la Marne non loin de Saint-Mihiel. Lors de l’attaque du Mont-Sec, Jean Bouin meurt au champ d’honneur le 29 septembre 1914 à Xivray dans la Meuse.

Enterré au château de Bouconville-sur-Madt, son corps sera rapatrié le 27 juin 1922 dans le cimetière Saint-Pierre de Marseille (carré 30 n°81). Sa tombe est ornée d'un buste sculpté par Constant Roux et d'une plaque apposée par la ville.

La stèle de Bouconville, hommage à un grand sportif mort pour la France

Tombe de Jean BouinLa stèle dédiée au grand coureur de cross-country Jean Bouin, se trouve devant l’église de Bouconville-sur-Madt.

Œuvre des sculpteurs Villevielle et Camotto, ce monument, en granit, a été érigé le 23 avril 1966 par la Société Générale et le Club Athlétique de la Société Générale de Paris. Le choix du lieu d’installation – Bouconville - est justifié par le fait que Jean Bouin, agent de liaison du 163ème Régiment d’Infanterie a été inhumé dans le château de Bouconville-sur-Madt (détruit durant la Grande Guerre), bien qu’il soit tombé près de Xivray.

Les circonstances du décès de Jean Bouin sont mal connues. Une première hypothèse décrit une mort glorieuse du champion en chargeant les lignes ennemies au cri de « Vive la France ! », tandis qu’une autre évoque une erreur de tir de l'artillerie française.

Sous la forme d’un trapèze, la stèle se compose d’un médaillon présentant un portrait de Jean Bouin et de chaque côté il est accompagné des mots « Sport » et « Patrie ».

Stèle Jean Bouin

En dessous, on peut y lire :

« En mémoire du marseillais
JEAN BOUIN
Soldat au 163e R.I. membre du Club Athlétique de la Société Générale
L’un des plus prestigieux athlètes français »

On aperçoit également les 5 anneaux olympiques où sont inscrits les records et victoires du champion de France et du monde :

- Champion de France 1910, 1911, 1912 et 1913
- Vainqueur du Cross des Cinq Nations 1911, 1912 et 1913
- Recordman de France 1911 et 1912
- Recordman du monde de l’heure avec 19,219 km en 1913
- Finaliste aux Jeux Olympiques de 1912 à Stockholm

En bas se trouve la mention suivante :

« Mort au champ d’honneur le 29 septembre 1914 devant Bouconville »

Aujourd’hui, beaucoup de lieux et d'établissements sportifs portent son nom comme le stade Jean-Bouin du CASG de Paris ou celui d’Angers, ou encore la piscine de Nice, les tribunes du Stade de Gerland à Lyon ou du Stade Vélodrome de Marseille.

Par Jean-Bernard LAHAUSSE

Revue de presse :

Est Républicain du 4 août 2013 : "La légende Mimoun au village"
Est Républicain du 3 août 2012 : "Honneur à Jean Bouin"
Est Républicain du 31 juillet 2012 : "Fauché en pleine gloire"

Mai 2012 Juillet/Août 2012

Plaque Franz Marc 

Monument

du

Mois

Crypte de la Cathédrale de Verdun

Plaque en mémoire
à Franz Marc
 Crypte
de la Cathédrale
à Gussainville à Verdun

Crédit Photo : Jean Bouin - © DR
JO de Stockholm en 1912 - © Wikipédia
Jean Bouin, soldat - © http://chamois.canalblog.com
Tombe de Jean Bouin - © http://jmpicquart.pagesperso-orange.fr
Stèle Jean Bouin - © http://genetronald.kazeo.com

 

Lieux et visites

Cimetière américain Meuse-Argonne
09/05/2018 Cimetière américain Meuse-Argonne

Lieu de mémoire

Lire la suite...
Le monument des ânes de Belleville-sur-Meuse
21/06/2018 Le monument des ânes de Belleville-sur-Meuse

Cette croix est située sur un chemin allant de Belleville à Fleury.

Lire la suite...
L'ouvrage de Froideterre
24/08/2018 L'ouvrage de Froideterre

Froideterre s'offre comme un site exemplaire du « Musée de Plein Air » du champ de bataille.

Lire la suite...
Les Forts de Douaumont et de Vaux
02/02/2015 Les Forts de Douaumont et de Vaux

Tarifs et horaires d'ouverture.

Lire la suite...