Le temps de l’histoire

Image En marche pour le classement Unesco

03/09/2011En marche pour le classement Unesco des champs de bataille de la Grande Guerre

A) Répondre à la question récurrente : Le Centenaire, oui et après ?

Le Centenaire de la Grande Guerre sera un moment exceptionnel de mobilisation des visiteurs sur le champ de bataille de 1914/1918.

Le champ de bataille de Verdun et les sites de combats de l’Argonne et du Saillant de Saint Mihiel (les Eparges, le Bois le Prêtre, …) connaitront, à n’en pas douter une forte progression des visiteurs.

Le Centenaire porte cependant en lui ses propres limites, celles de sa durée : 5 années, de 2014 à 2018.

Le risque est en effet fort, de voir, dès 2019, l’engouement des visiteurs retomber.

Ce risque est régulièrement avancé en Meuse par ceux qui critiquent la politique du Temps de l’Histoire, mise en œuvre par le Conseil Général, sous la forme d’une phrase interrogative : « le Centenaire oui, mais après ? »

Afin de répondre à cette légitime interrogation, mais aussi de justifier les financements engagés dans le Centenaire, il est nécessaire de mettre en place les outils qui favoriseront le maintien du tourisme mémoriel après le Centenaire.

Ces outils sont de deux ordres :

- d’abord créer les lieux et les instruments qui répondent à la demande sociétale des citoyens d’aujourd’hui. Telle est l’ambition des 31 projets du Temps de l’Histoire qui ont pour objectif de refonder les sites d’histoire en Meuse.

- ensuite, solidifier la destination touristique que sont les champs de bataille.

A cette fin, un projet ambitieux est mis sur rail : le classement au patrimoine mondial de l’Unesco des champs de bataille de la Grande Guerre.

Alors que le tourisme est aujourd’hui mondialisé, le classement d’un site au patrimoine mondial de l’Unesco est un formidable accélérateur de visites. On estime à 30% la progression du nombre de visiteurs, sur un site classé, les 5 premières années du classement.

De nombreux guides touristiques sur-dimensionnent en effet le classement Unesco dans les propositions qui sont présentées à leurs lecteurs.

Ainsi, la visite de la Chine se structure de plus en plus autour de la quarantaine des sites classés à l’Unesco.

L’obtention du classement au patrimoine mondial de l’Unesco est un des éléments de réponse à la fameuse question : « le Centenaire, oui, mais après ? »

L’objectif étant posé, la méthodologie restait à fixer.

B) La méthodologie choisie

Comment obtenir le classement au patrimoine mondial des sites de combats meusiens ?

En terme méthodologique, 4 idées fortes ont été retenues.

La première idée concerne le choix géographique :

Un champ de bataille, même le plus symbolique, celui de Verdun, peut-il être classé seul au patrimoine mondial de l’Unesco, alors même que la Grande Guerre a concerné plus de 15 espaces géographiques nationaux ? Il est apparu que le choix de « Verdun seul » conduirait directement à l’échec. Le refus d’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco des plages de Normandie (plages du débarquement du 6 juin) - projet piloté par le Conseil Régional de Normandie - vient de confirmer la position du refus du « Verdun seul ». L’Unesco ne classera pas un seul site de la Grande Guerre ou de la Seconde Guerre Mondiale au risque d’ouvrir la voie au classement des autres sites.

Il a donc été décidé de proposer au classement au patrimoine mondial de l’Unesco, la totalité des champs de bataille de la Grande Guerre.

La deuxième idée concerne le type de sites proposés au classement.

Proposer le classement d’un champ de bataille à l’Unesco, est apparu contre productif.

L’Unesco a vocation à classer des lieux qui rappellent les étapes culturelles de la société ou le devoir d’humanité (ex : Auschwitz).

Afin de s’inscrire pleinement dans le projet Unesco, il a été défini un concept de « sites et paysages de mémoire ». Ce concept s’inscrit pleinement dans les critères définis par l’Unesco : exceptionnalité, authenticité, universalité et implication locale.

La troisième idée, concerne le calendrier.

Le Centenaire de la Grande Guerre va être un exceptionnel temps de mobilisation médiatique. Le classement au patrimoine mondial de l’Unesco doit s’obtenir durant ces 5 années commémoratives (2014/2018). Hors de ce temps, il n’y aura pas de salut.

Tout sera donc mis en œuvre afin d’obtenir le classement en 2 étapes :

2014, classement des sites et paysages français et belges ; 2015/2018 : classement des sites et paysages des autres pays « marqués » par la Grande Guerre (Italie, Roumanie, Pologne, Serbie, Grèce, Turquie...). C’est donc pour la fin de 2014 que devrait être obtenu le classement pour les sites et paysages meusiens.

La quatrième idée concerne le type de structure qui sera le mieux à même de conduire les négociations en direction de l’Unesco.

Le choix retenu est celui d’une association regroupant comme membres fondateurs les 13 départements « français du front ».

Ce choix répond à une véritable volonté, celle de mobiliser en priorité les acteurs de terrain.

Or, dans le domaine de la politique de mémoire, l’acteur de terrain principal en France est le département. Dans l’espace occupé par les 13 départements du front, seule une région apparaît comme fortement mobilisée par le Centenaire (la région Nord Pas de Calais) et seules quelques communes et communautés de communes manifestent un intérêt d’acteur – dont Verdun.

Les départements et leurs « bras armés » que sont les Conseils Généraux apparaissent majoritairement comme les acteurs les plus engagés pour le Centenaire.

12 départements sur 13 départements du front (les 13 départements qui ont reçu des indemnisations de la part de l’Etat pour pallier les destructions engendrées par la guerre) ont accepté de rentrer dans l’association comme membres fondateurs.

Dans un deuxième temps, l’association pourra s’élargir à d’autres collectivités territoriales appartenant au même espace géographique.

C) Création de l’association

L’assemblée constitutive de l’association « Sites et paysages de Mémoire de la Grande Guerre » a été organisée le 12 juillet 2011.

Annexes :

- article de l’Est Républicain, soulignant le vote du Conseil Général de la Meuse (26.06.2011)

- article de l’Union, soulignant le vote du Conseil Général de l’Aisne (05.07.2011)

Revue de presse :

Journal du Combattant du 3 septembre 2011 : "Pour le classement des champs de bataille de la Grande Guerre au patrimoine mondial‏"

Crédit Photo : © UNESCO

 

Projets en cours

Exposition des peintres de l'Armée
07/11/2018 Exposition des peintres de l'Armée

Exposition de peintures

Lire la suite...
1900-1920 : SALON DE LA MODE D'ÉPOQUE
10/11/2018 1900-1920 : SALON DE LA MODE D'ÉPOQUE

Salon

Lire la suite...
LE SAILLANT DE SAINT-MIHIEL
17/09/2018 LE SAILLANT DE SAINT-MIHIEL

Exposition

Lire la suite...
La route des Hommes 2018
25/08/2018 La route des Hommes 2018

Manifestation sportive

Lire la suite...