Focus

Image Alexeï Broussilov

17/10/2013Alexeï Broussilov, le général russe qui porta secours aux combattants français de Verdun

Biographie du Mois - Octobre 2013 

Alexeï Broussilov, le général russe qui porta secours aux combattants français de Verdun 

Alexeï Broussilov

« Jamais, peut-être, durant toute la guerre, l’imminence de la victoire et l’imminence de la défaite n’ont été aussi rapprochées dans le temps. Jamais le renversement de situation n’a été aussi nettement visible. Jamais les efforts moraux et matériels imposés à un peuple n’ont subi un accroissement aussi brutal, aussi terrible que pendant ce mois de juin de l’année 1916. Le 4 juin commence la grande offensive de Broussilov contre les Autrichiens. Le 24 juin la bataille de la Somme se déclenche à l’ouest. »

Werner Beumelburg "La Guerre de 14-18 racontée par un Allemand"

I) Alexeï Broussilov s’inscrit dans la tradition familiale du métier des armes

Alexeï Broussilov nait à Tbilissi le 31 août 1853 d’un père russe et d’une mère polonaise. Sa famille appartient à la noblesse et est fortement marquée par la carrière militaire. Le grand-père d’Alexeï a combattu lors de la campagne de Russie de 1812 contre la Grande Armée de Napoléon Ier. Son père prend sa retraite avec le grade de lieutenant-général. Ses deux frères cadets servent l’un dans la cavalerie et l’autre dans la marine.

A 14 ans, il intègre le prestigieux corps des Pages impériaux. Diplômé en 1872, il rejoint le 15e régiment de dragons avec lequel il participe à la guerre russo-turque de 1877-1878. Le lieutenant Broussilov s’y distingue en prenant une part active à la chute d’importantes positions turques dans le Caucase à Ardagan et à Kars. Ses décorations témoignent de la reconnaissance qu’il obtient de la part des autorités militaires russes.

Fantassins russes durant la première guerre mondiale

Fantassins russes durant la Première Guerre mondiale

A l’issue de cette première expérience du feu, Broussilov gravit avec régularité les échelons de la hiérarchie de l’armée tsariste. Il suit l’enseignement de l’école de cavalerie de Saint-Pétersbourg et en prend la tête en 1902 avec le grade de lieutenant-général. Parallèlement aux tâches de son service quotidien, il se consacre à l’écriture et voyage à travers l’Europe. Il obtient son premier commandement d’unité en 1906 lorsqu’il est promu à la tête de la 2e Division de Cavalerie. En 1909, il dirige le 14e Corps d’Armée du district de Varsovie et se trouve en première ligne en cas de conflit avec l’Allemagne. Trois ans plus tard, il décroche les épaulettes de général et assume le poste d’adjoint au commandant du district militaire de Varsovie. En 1913, il prend la direction du 12e Corps d’Armée dans le district militaire de Kiev.

II) 1914-1916 : Broussilov devient la terreur des Autrichiens

BroussilovAvec l’explosion des effectifs consécutive de la mobilisation, l’armée tsariste a besoin d’un grand nombre d’officiers pour diriger une telle masse humaine. Dans ces circonstances, le général Broussilov prend en charge la destinée de la 8e armée opérant en Galicie au sein du Groupe d’armée du Sud Ouest du général Ivanov. Comme l’ensemble des armées russes de ce groupe d’armée, son unité remporte de brillants succès en septembre 1914 s’enfonçant d’environ 150 kilomètres dans le territoire austro-hongrois. La situation n’est pas aussi favorable sur le reste du front, empêchant le groupe Sud Ouest d’exploiter ses succès et le contraignant même à battre en retraite à plusieurs reprises pour éviter d’être contourné par les armées allemandes opérant en Pologne.

Au début de l’année 1915, Broussilov continue d’enregistrer des succès contre les armées autrichiennes. Il parvient à aborder les Carpathes et même à prendre pied dans la plaine de Hongrie. Remarqué par les plus hautes instances, le Tsar Nicolas II rend visite à la 8e armée et élève son chef au grade de général-adjudant, soit général quatre étoiles. Une fois encore, Broussilov subit les conséquences de la défaite de ses homologues commandant plus au nord. La victoire décisive remportée par les forces austro-allemandes à Gorlice-Tarnow en mai 1915, oblige la 8e armée à un repli de près de 200 kilomètres.

A la conférence de Chantilly de décembre, les chefs militaires des nations de l’Entente décident d’agir offensivement de manière commune en 1916. Les Allemands prennent les premiers l’offensive sur le front de Verdun et les opérations des nations alliées à la France doivent prioritairement apporter un soulagement à son armée. Broussilov, étoile montante de l’armée tsariste prend le commandement du groupe Sud Ouest le 29 mars 1916 et planifie une offensive qui se veut décisive.

III) Juin 1916 : l’armée russe renait de ses cendres sous l’égide du général Broussilov

Offensive BroussilovAyant obtenu un commandement important, Broussilov se consacre à réformer les tactiques d’attaque de l’armée russe. Il préconise notamment de partir à l’assaut sur l’ensemble du front de son groupe d’armée. Il se penche également sur l’emploi de l’artillerie. Il rompt avec les bombardements massifs longs de plusieurs heures sur la première ligne allemande pour une préparation courte dans la profondeur du dispositif allemand prenant pour cible les postes de commandement et les routes.

Le front russe, été 1916

Le 4 juin 1916, Broussilov déclenche sa puissante offensive et remporte rapidement de très grands succès. Les Austro-allemands sont complètement pris par surprise. Après les victoires enregistrées en 1915 et les succès défensifs du mois de mars, les états-majors allemands et autrichiens croyaient les armées tsaristes incapables d’une action d’une telle ampleur et si habilement conduite. Les armées russes avancent en moyenne de 30 kilomètres sur un front large de 250 kilomètres. Près de 400 000 soldats allemands et austro-hongrois gagnent les camps de prisonniers russes. Cependant, l’offensive coûte plus d’un demi-million d’hommes au Tsar et elle s’enlise au bout de quelques semaines. Son impact a été décisif puisqu’elle entraîne la Roumanie dans la guerre aux côtés de l’Entente et est à l’origine avec l’offensive britannique sur la Somme du passage des troupes allemandes à la défensive sur le champ de bataille de Verdun.

IV) Le général Broussilov triomphe des méandres de la guerre civile

Alexandre Kerenski passant les troupes en revue en 1917

Alexandre Kerenski passant les troupes en revue en 1917

Lors de la première révolution russe de mars 1917, le général Broussilov ne s’oppose pas à l’abdication du Tsar Nicolas II. Il la juge même nécessaire pour éteindre les germes révolutionnaires qui secouent l’armée et risquent de provoquer un effondrement sur le front. Il gagne ainsi la confiance du gouvernement Kerenski qui nomme Broussilov commandant en chef de l’armée en mai 1917. Néanmoins attaché au rétablissement de la discipline il entre en opposition avec le gouvernement central, partisan de réformes libérales dans la direction des troupes. L’échec de sa tentative de reprise de l’offensive en juillet 1917 le contraint à la démission.

Une fois le pouvoir entre les mains des bolchéviques, Broussilov se rallie à eux. Il lance plusieurs appels à ses anciennes troupes pour qu’elles rejoignent l’armée rouge. Son image restant attachée à l’armée tsariste, le pouvoir communiste le cantonne alors à des fonctions de second ordre. Il prend sa retraite en 1924 et décède à Moscou d’une insuffisance cardiaque le 17 mars 1926.

Par Jean-Bernard LAHAUSSE et Romain SERTELET

Septembre 2013 Novembre 2013

Rosa Luxemburg

Biographie

du

Mois

Ulrich von Brockdorff-Rantzau

Rosa Luxemburg Ulrich von
Brockdorff-Rantzau

Crédit Photo :  Alexeï Broussilov - © RIA Novosti
Fantassins russes - © National Geographic Magazine
 Broussilov en 1916 - © RIA Novosti
Kerenski en 1917 - 
© Larrouse
 

 

Ressources

Petit Futé Argonne 2020-2021
27/05/2021 Petit Futé Argonne 2020-2021

Guide de voyage

Lire la suite...
Romagne-sous-Montfaucon, Histoire et Mémoire
04/05/2021 Romagne-sous-Montfaucon, Histoire et Mémoire

Livre

Lire la suite...
La Grande Guerre sur tous les fronts
22/03/2021 La Grande Guerre sur tous les fronts

Livre

Lire la suite...
Actes colloque
19/11/2020 Actes colloque

Actes de colloque

Lire la suite...