Focus

Image Carlo Schmid

23/05/2016Carlo Schmid, l’homme dans l’ombre de l’Union Européenne

Né de parents franco-allemands en 1896, Carlo Schmid est un "des hommes de l'ombre" ayant activement participé à la construction européenne et aux relations franco-allemandes durant la deuxième partie du XXe siècle.

Sa famille part de Perpignan, où il est né, pour Stuttgart en 1908 et il est tout juste diplômé en 1914 lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Il rejoint alors l'armée impériale et participe à la bataille de Verdun. Après ce premier conflit, il décide d'étudier le droit et les sciences politiques à l'université de Tübingen. Après avoir passé ses diplômes avec succès, sa carrière évolue rapidement. Il devient avocat puis juge auxiliaire du service judiciaire du Land Wurtemberg et enfin, devient juge au tribunal régional de Tübingen. Il reste également proche du milieu universitaire, en se penchant sur le droit public étranger et international et en donnant des cours à l'université, dont il est diplômé.

De 1931 à 1933, il fonde et dirige avec des étudiants, un camp de volontaires bénévoles permettant aux jeunes chômeurs d'échapper aux mouvements de jeunesse de masse du régime nazi montant. Ses activités et ses opinions sur le nouveau régime en place font qu'il est très rapidement fiché et, par conséquent, subi des restrictions professionnelles. En 1940, il est enrôlé dans la Wehrmacht et rejoint le service juridique de l'Oberfeldkommandantur de Lille.

Après la Seconde Guerre mondiale, il entreprend une carrière politique et universitaire brillante. Il devient professeur de droit à l'université de Tübingen de 1946 à 1953, année où il se voit confier la chaire de sciences politiques de l'université de Francfort-sur-le-Main. Il adhère au SPD (parti social-démocrate d'Allemagne) et devient à partir de 1946 président du Land Wurtenberg-Hohenzollern et président du secrétariat d'Etat du territoire occupé. En 1948, il participe à la création de la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne et intègre le Bundestag en tant que député l'année suivante.

Loin d'être en confrontation avec le gouvernement fédéral et les autorités occupantes, il comprend très vite le besoin de retrouver une Allemagne fédérale souveraine et unie. Il ne souhaite pas une domination occidentale mais une construction partenariale forte afin d'éviter les rancœurs et une nouvelle montée du nationalisme. Il est convaincu que les relations franco-allemandes seront le moteur de l'intégration européenne. Il est d'ailleurs élu comme vice-président du mouvement Europa Union en 1949.

Il participera tout au long de sa carrière à la construction de l'Europe que nous connaissons aujourd'hui, en tant que membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe ou en tant que « coordinateur » des affaires franco-allemandes sous la chancellerie de Willy Brandt. Pour son engagement, il reçoit le prix Goethe en 1967 et un prix Carlo Schmid a même été créé en 1989 pour récompenser les personnes ayant rendu de grands services en faveur de la préservation et du développement de l'État de droit démocratique et social, d'une culture politique libérale et de l'entente européenne et surtout au niveau des relations franco-allemandes. Il meurt en 1979 laissant derrière lui les fondations de l'Europe unie.

Copyright : Droits réservés


 

 

Ressources

Les oubliés de la mémoire
25/04/2019 Les oubliés de la mémoire

livre, Jean-Claude Auriol, les oubliés de la mémoire,

Lire la suite...
Feuilles de chêne
09/05/2019 Feuilles de chêne

Artisanat des tranchées, feuilles de chêne, souvenir, Grande Guerre

Lire la suite...
Les vitraux de George Desvallières
02/05/2019 Les vitraux de George Desvallières

George Desvallières, ossuaire de Douaumont

Lire la suite...
Web documentaire Clemenceau
08/04/2019 Web documentaire Clemenceau

Web-documentaire

Lire la suite...