Focus

Image La Guerre des Boutons

01/05/2011Film du Mois - Mai 2011 - La Guerre des Boutons

Film du Mois - Mai 2011  

La Guerre des Boutons 

Louis Pergaud, l’auteur du roman La Guerre des Boutons est disparu, en Meuse, le 8 avril 1915, lors de l’assaut donné à la cote 233, près de Marchéville dans la plaine de la Woëvre. Son roman phare a toujours attiré les réalisateurs de cinéma. 

La Guerre des gosses de Jacques Daroy, 1937
La Guerre des boutons d’Yves Robert, 1962
War of the Buttons de John Roberts, 1994
La Guerre des boutons de Yann Samuell, 2011
La Guerre des boutons de Christophe Barratier, 2011
La Guerre des boutons d’Alexandre Castagnetti, 2011

Dès 1937, sort en France une première adaptation : La Guerre des gosses de Jacques Daroy.  

Guerre des Gosses

Il s’agit d’une adaptation assez lointaine du texte de Louis Pergaud. Le film est tourné dans la région de Cannes et met en scène des acteurs de talent : Serge Grave, Marcel Mouloudji et le jeune Charles Aznavour.

En 1962, Yves Robert décide de porter à l’écran le roman de Pergaud, l’un des premiers livres de sa jeunesse. Il s’entoure des meilleurs comédiens du moment : Jean Richard, Michel Galabru, Jacques Dufilho, Pierre Trabaud, Pierre Tchernia et Yvette Etievant.

Guerre des Boutons

Même si le film est réalisé en région parisienne et mis au goût des années 60, l’essentiel du livre est respecté. La grande crédibilité du jeu des enfants et la mise en scène soignée assure un franc succès. L’œuvre fait partie des dix films français ayant engendré le plus d’entrée et est primée par le prix Jean Vigo. La preuve de la pertinence de cette adaptation est le fait que la réplique phare« Si j’aurais su, j’aurais pas venu » ne figure pas dans le texte de Pergaud.

Le réalisateur Irlandais, John Roberts, décide de tourner une version anglo-saxonne. Son initiative débouche sur la sortie en 1994, de War of the Buttons.

War of the buttons

La réussite n’est pas au rendez-vous. Bien que tournée en couleurs, le spectateur n’est pas plongé au cœur des personnages, auxquels il ne parvient pas à s’attacher. Le film d’Yves Robert reste la référence.

En octobre 2011, l’œuvre de Louis Pergaud tombe dans le domaine public. Les appétits s’aiguisent pour exploiter à moindre coût le roman internationalement connu. Toutefois, détrôner le film d’Yves Robert s’annonce compliqué. Les ingrédients de la recette du succès d’Yves Robert resteront inaccessibles aux concurrents. En effet, Danièle Delorme, veuve d’Yves Robert, refuse de céder ses droits sur l’adaptation.

Le projet le plus avancé est celui de la maison de production cinématographique One World, associée à TF1. La sortie est prévue pour le 23 novembre 2011 et le tournage a débuté à la mi-avril. Le producteur est Marc Pontavice, qui a déjà financé Gainsbourg, vie héroïque et le réalisateur est Yann Samuell. Le budget de 12,8 millions d’euros permet à l’équipe de confirmer Mathilde Seigner dans le rôle de la mère de Lebrac. Le plus dur selon le producteur est de sélectionner les enfants. Plus de 2500 ont déjà été testés. L’œuvre prendra pour contexte l’année 1957 et sera tournée dans le Limousin.

Avec quelques semaines de retard, la firme La Petite Reine, au service de la Warner, s’est lancée dans l’aventure. A la production on trouve Thomas Langmann, connu pour Astérix aux Jeux Olympiques, accompagné à la réalisation par Christophe Barratier, qui a tourné Les Choristes. Son budget de 15 millions d’euros autorise le film à s’assurer la participation de deux poids lourds du cinéma français : Kad Merad et Gérard Jugnot. Toutefois, le fait que l’équipe soit incapable de préciser leurs rôles, laisse à penser qu’il reste un gros travail à faire au niveau du scénario. On sait donc peu de choses. Le film sera vraisemblablement tourné en Auvergne et se déroulera sous l’Occupation, en 1944.

Le dernier projet est celui coproduit par la société Jean-Pierre Fougea et Axel Films et réalisé par Alexandre Castagnati. Il paraît bien modeste avec ses 5 millions de budget. Toutefois, il semble avoir plusieurs atouts. L’approche est différente des deux comédies familiales citées plus haut, puisqu’elle mettra en avant la violence et les passages durs du film. En outre, cette adaptation sera ancrée dans le roman de Pergaud. Elle conserve l’époque du début des années 1900 et la Franche Comté. Sa sortie n’est pas prévue avant noël 2011.

Il est à noter que les différents protagonistes de cette lutte se sont lancés dans l’aventure en ignorant l’existence des projets concourants. Bernard Piccoli, président de l’association « Les Amis de Louis Pergaud », résume avec humour la situation : « Peut-être entendrons nous un, deux ou trois réalisateurs s’exclamer : « Si j’aurais su, j’aurais pas concouru ! ».

Rubrique écrite par Romain SERTELET

Revue de presse :

Les Chemins de la Mémoire - Décembre 2011 - N°221 : "Regard sur Louis Pergaud" 
Est Républicain du 2 octobre 2011 : "La malle de Louis Pergaud"

 Remerciements :

Bernard PICCOLI

Contact :

Les Amis de Louis Pergaud
Mail : piccoli.bernard@gmail.fr
Web : http://pergaudlouis.free.fr

Avril 2011 Juin 2011

Charlot Soldat

Film

du

Mois

 Johnny s'en va-t'en guerre

 Charlot Soldat Johnny s'en
va-t'en guerre
 
De Charlie Chaplin De Dalton Trumbo

Crédit Photo : © La Guerre des Boutons

 

Ressources

Avènement d'une culture visuelle de guerre
30/09/2019 Avènement d'une culture visuelle de guerre

Livre

Lire la suite...
Le carnet de poilu du soldat Louis Limousin
06/09/2019 Le carnet de poilu du soldat Louis Limousin

Carnet de poilu

Lire la suite...
Les oubliés de la mémoire
25/04/2019 Les oubliés de la mémoire

livre, Jean-Claude Auriol, les oubliés de la mémoire,

Lire la suite...
Feuilles de chêne
09/05/2019 Feuilles de chêne

Artisanat des tranchées, feuilles de chêne, souvenir, Grande Guerre

Lire la suite...