Focus

Image Le général Ferrié

16/03/2015Le général Ferrié, un des pères de la Télégraphie Sans Fil

Biographie du Mois - Mars 2015 

Le général Ferrié, un des pères de la Télégraphie Sans Fil 

"Celui qui vient de nous quitter était à la fois un grand soldat, un savant éminent et un remarquable organisateur. [...] Qui l'a approché, l'a aimé. La perte est immense pour la science et pour l'armée."

Extrait de l'éloge funèbre prononcé par le général Robert BOURGEOIS, président de l'Académie des Sciences,
le 22 février 1922.

La télégraphie électrique, une vocation pour Gustave Ferrié

Général FerriéGustave-Auguste Ferrié est né le 19 novembre 1868 à Saint-Michel de Maurienne (Savoie) d’un père ingénieur des chemins de fer. Bachelier en 1884 à la faculté des sciences de Marseille et encouragé par son père à préparer l’Ecole Polytechnique, il réussit son concours d’admission en 1887.

Gustave-Auguste Ferrié

Lors de sa formation à Polytechnique, il rencontra de nombreux ingénieurs et se lia d’amitié notamment avec Gustave Eiffel. A sa sortie d’école en 1889, il s’inscrivit à l’Ecole militaire d’application du Génie à Fontainebleau. Deux ans plus tard, il fut affecté au 4ème Régiment du Génie à Grenoble.

En 1893, le lieutenant Ferrié participa à un stage de trois mois au Mont-Valérien où il suivit un enseignement sur la télégraphie optique et électrique. Cette initiation fit naître chez Gustave Ferrié une vocation : il perçu l’intérêt de ces nouvelles techniques et souhaita développer la télégraphie. En 1895, il fut rappelé au Mont-Valérien en tant qu’instructeur puis, il y revint en 1897 comme commandant de la nouvelle Ecole de télégraphie électrique.

En 1899, il participa aux essais de relations par Télégraphie Sans Fil (T.S.F.) entre la France et l’Angleterre. Devenu capitaine, il se perfectionna et présenta une de ses inventions au congrès international d'électricité de Paris en 1900.

Il obtint une première liaison sans fil entre la côte d'Azur et la Corse puis réussit à établir une connexion sans fil entre la Martinique et la Guadeloupe, le 4 décembre 1902. Dès lors, il devint une référence dans le monde de la TSF et rechercha une antenne assez haute pour améliorer les performances de ses postes de radio.

La TSF ou comment sauver la Tour Eiffel ?

Il débuta des essais infructueux en utilisant de grands ballons de l’aérostation militaire pour déployer des antennes de 300 à 400 mètres de hauteur. Il conduit alors ses travaux avec trois officiers de marine : Camille Tissot, Maurice Jeance et Victor Colin.

En décembre 1903, Gustave Eiffel lui proposa d’utiliser sa Tour comme support d’antenne et Ferrié reçu rapidement l’autorisation de construire une première installation expérimentale basée sur le Champ de Mars. Edifiée à l'occasion de l'exposition universelle de Paris en 1889, la Tour Eiffel devait être impérativement démontée en 1909. Gustave Eiffel trouva alors avec la TSF une solution pour faire perdurer sa « dame de fer » dans la capitale française.

Organisation du centre radioélectrique de Paris

Organisation du centre radioélectrique de Paris

L’installation d’une station provisoire en 1903 permit à Ferrié de réaliser des essais de liaisons avec des portées de plus de 400 km. Ferrié proposa alors au ministère de la Guerre d’utiliser officiellement la Tour Eiffel comme antenne.

Le 21 janvier 1904, la Tour Eiffel devint officiellement station de TSF. La Tour Eiffel disposa désormais de l'antenne radiophonique la plus haute du monde et grâce à la TSF, elle est sauvée de la démolition.

Le réseau radiotélégraphique de la Tour Eiffel permit à partir de 1906 des liaisons entre l’Etat-major basé à Paris et les grandes places de l’Est : Verdun, Toul, Belfort et Epinal. En 1908, la portée du poste émetteur de Ferrié passa de 400 à 6000 kilomètres et permit de communiquer avec le monde entier.

Cette même année, Gustave Ferrié obtint l’autorisation d’installer une station souterraine au pied de la Tour Eiffel, qui devint opérationnelle en 1911.

En 1910, Ferrié fit transmettre l’heure à partir de la Tour Eiffel, en liaison avec les astronomes de l’Observatoire de Paris. Il permit également aux navires de déterminer leurs positions en mer et révolutionna la mesure de différence des longitudes. En 1912, Gustave Ferrié devint commandant et fut nommé président de la commission internationale des longitudes par T.S.F.

Le rôle de la TSF dans la Grande Guerre

Promu lieutenant colonel à la veille de la Grande Guerre, Ferrié voulut gagner le front mais il eut les pleins pouvoirs pour développer l'utilisation de la Télégraphie Sans Fil dans l’armée. Rapidement, il fit installer la station de Lyon-La-Doua pour communiquer avec les alliés russes.

Pendant la Grande Guerre, la Tour Eiffel joua un rôle stratégique pour communiquer et permit l’interception de messages de l’armée allemande. Devant l'efficacité de la radio française, Ferrié devint dès 1915 le conseiller technique de toutes les armées alliées. Sous sa direction fut installé le poste émetteur le plus puissant du monde à Bordeaux-Croix d'Hins. Le 26 décembre 1915, Gustave Ferrié fut promu colonel. A la tête d'une équipe de chercheurs, il lança la création d'un réseau radiogoniométrique pour localiser les zeppelins et les stations ennemis.

Vue intérieure de la station du champ de Mars à la fin de la Grande Guerre

Vue intérieure de la station du champ de Mars à la fin de la Grande Guerre

Pendant la Première Guerre mondiale, il développa la radiotélégraphie pour les unités d'infanterie et d'artillerie. Sous son impulsion, des postes de téléphonie sans fil furent installés dans les avions à partir de 1917. Il fut nommé en mars 1918, par le général Mordacq, à la tête de l'Inspection des télégraphies militaires.

Touche pas à ma tour eiffel

A la fin de la guerre, Gustave Ferrié souhaita reconvertir à un usage civil l’émetteur de la Tour Eiffel en créant la première station radiophonique. Il participa à l’élaboration d'un réseau sur tout le territoire français permettant d'assurer une couverture radiophonique complète.

Un travailleur infatigable et passionné

Général FerriéPromu général de brigade le 20 mars 1919, il fut élu en 1920 président du Congrès international des télécommunications et en 1921, président du réseau de T.S.F. de la Société Des Nations.

Ferrié devant un poste de TSF

En 1922, alors qu'il était président de l'Union internationale de géodésie et de l'Union internationale astronomique, il fit diffuser par l'émetteur de la Tour Eiffel les observations météorologiques des stations françaises.

Elu à l'Académie des Sciences en 1922, il fut nommé inspecteur puis commandant supérieur des troupes et services de transmissions. Le 20 mars 1925, il fut promu général de division. Il fut maintenu en activité sans limite d'âge en 1930, par une loi spéciale pour services rendus à la Défense Nationale et à la Science.

Travailleur infatigable, il présida ou siégea dans une trentaine d'organisations scientifiques françaises et internationales.

Elevé à la dignité de grand-croix de la Légion d'Honneur le 15 février 1932, il décéda le lendemain à l'hôpital du Val-de-Grâce des suites d’une grave crise d’appendicite. Le général Ferrié a été l'officier français le plus décoré après le maréchal Foch. Pour son activité internationale, il a reçu de nombreuses décorations étrangères.

Février 2015 Avril 2015

Les sous-lieutenants Herduin et Millant

Biographie

du

Mois

Genevoix

Henry Herduin
et Pierre Millant 
 Maurice Genevoix

Crédits Photos : Gustave-Auguste Ferrié - © BNF Gallica
Organisation du centre radioélectrique de Paris / Vue intérieure de la station du champ de Mars à la fin de la Grande Guerre / 
Ferrié devant un poste de TSF © http://museeradiomili.com/
Touche pas à ma tour Eiffel - © Armée de Terre 2012

 

Ressources

Good bye Cleveland, Hello France
11/09/2017 Good bye Cleveland, Hello France

Film

Lire la suite...
La Légion Etrangère au combat 1914-1918
09/09/2017 La Légion Etrangère au combat 1914-1918

Livre

Lire la suite...
Milec, le soldat inconnu
17/08/2017 Milec, le soldat inconnu

Livre

Lire la suite...
Chemin de mémoire des troupes d’outre-mer
09/09/2016 Chemin de mémoire des troupes d’outre-mer

Chemin de mémoire

Lire la suite...