Focus

Image L’Armistice de Rethondes

01/11/2011Livre du Mois - Novembre 2011 - L’Armistice de Rethondes

Livre du Mois - Novembre 2011

L'armistice de Rethondes

Même âgée de plus de 40 ans, l’œuvre de Pierre Renouvin reste la référence absolue, en langue française, sur l’acte final de la Grande Guerre. L'Armistice de RethondesTenant de l’école des Annales et spécialiste des relations internationales, Pierre Renouvin se livre à une excellente analyse des « forces profondes » qui aboutirent à la signature du 11 novembre 1918. Bien qu’ayant lui-même perdu un bras au Chemin des Dames, l’auteur est d’une remarquable objectivité et expose les points de vue de l’ensemble des acteurs, français et étrangers, notamment par un minutieux examen de la presse. Il revient longuement sur les origines de la demande allemande d’armistice et insiste sur le rôle déterminant du général Ludendorff, véritable dirigeant militaire mais aussi politique de l’Allemagne. C’est bien le général Ludendorff qui insiste pour qu’une note demandant la conclusion d’un armistice soit envoyée au Président Wilson, le 4 octobre 1918. A ce moment le pouvoir civil, incarné par le nouveau Chancelier Max de Bade, n’y est pas favorable en raison de l’aveu de faiblesse que constitue une telle démarche. Avec habilité, Pierre Renouvin ponctue son récit de dialogues édifiants sur le désarroi qui règne au sein des cercles dirigeants allemands. A titre d’exemple, on peut citer l’adresse formulée par l’Empereur Guillaume II à Max de Bade, le 2 octobre 1918 : « Le haut commandement la [la demande d’armistice] tient pour nécessaire et tu n’es pas ici pour créer des difficultés au haut commandement ». De plus, si l’image traditionnelle de la signature de l’Armistice, le 11 novembre 1918, dans le train du Maréchal Foch, tend à faire croire à une affaire franco-allemande ; l’ouvrage démontre que rien n’est plus faux. Tout le mois d’octobre se passe en échange de notes entre le président Wilson et le gouvernement allemand. La France et les autres alliés sont complètement exclus de ces négociations et ne peuvent qu’accepter les conditions négociées par le Président. L’étude démontre aussi que les troubles révolutionnaires n’interviennent en Allemagne que début novembre et sont les conséquences et non les causes des échecs militaires et de l’annonce brusque de la demande d’armistice, à une population encore convaincue de la victoire quelques semaines auparavant. Par ailleurs, Pierre Renouvin souligne les avantages que chacun des belligérants trouva dans la signature de l’armistice. D’une part, les Allemands évitèrent l’humiliation et les dévastations d’une invasion de leur territoire. D’autre part, les alliés purent, par les sévères conditions de l’Armistice, tuer dans l’œuf toute velléité allemande de refuser de signer la paix de Versailles. Enfin, il est à noter que l’ouvrage contient une centaine de pages d’annexes : programme des 14 points de Wilson, discours, comptes-rendus, notes, délibérations…, qui permettent au lecteur de forger sa propre interprétation des événements.

Par Romain SERTELET

Notice bibliographique :

RENOUVIN Pierre, L’Armistice de Rethondes, Gallimard, 1968, 483 p.
Réédité en 2006.

Octobre 2011 Décembre 2011 /
Janvier 2012

Douaumont

Livre

du

Mois

L'aviation française 1914-1918

Douaumont  L'aviation française
1914-1918
Gaston GRAS Georges PAGE

 Crédit Photo : © Editions Gallimard

 

Ressources

Livre : L'art du cinéma
17/09/2018 Livre : L'art du cinéma

Livre

Lire la suite...
14-18 : La Terre et le Feu
04/07/2018 14-18 : La Terre et le Feu

Géologie et géologues sur le front occidental

Lire la suite...
En avant la Musique : l'Histoire du jazz
20/06/2018 En avant la Musique : l'Histoire du jazz

Play list

Lire la suite...
Livre : Clemenceau
29/03/2018 Livre : Clemenceau

Biographie de Georges Clemenceau

Lire la suite...