Focus

Image Lucien Petit-Breton

09/07/2014Lucien Petit-Breton, double vainqueur de la Grande Boucle et victime de la Grande Guerre

Biographie du Mois - Juillet 2014 

Lucien Petit-Breton, double vainqueur de la Grande Boucle et victime de la Grande Guerre 

I) Naissance dans une famille de battant

Lucien Petit-BretonLe père de Lucien, Clément Mazan, horloger-bijoutier aisé à Plessé, en Loire-Inférieure, se lance dans la politique en 1880. L’échec cuisant qui lui est infligé aux élections législatives lui fait perdre une bonne part de sa clientèle et donc son rang social… Qu’à cela ne tienne, il ne se laisse pas abattre, et décide de tout « plaquer » pour repartir à zéro. L’Argentine cherche à se développer en attirant les artisans qualifiés d’Europe, et bien lui et sa femme, Désirée, seront de l’aventure !

En 1882, le succès est au rendez-vous avec la boutique ouverte à Buenos Aires. En 1884, les parents sont rejoints en Amérique latine par leurs deux enfants, Paul et Lucien, (né le 18 octobre 1882), jusque là confiés à une tante, en France.

II) Une enfance marquée par le goût de l’effort

Les enfants des Mazan ne sont pas des privilégiés et sont rapidement initiés à la nécessité de fournir un effort pour obtenir quelque chose de la vie. Si bien que dès 14 ans, ils se mettent au travail, Lucien exerçant le poste de groom au Jockey Club, plus prestigieux hôtel de Buenos Aires.

Parallèlement, le jeune expatrié voit grandir en lui la passion du vélo, suivant l’actualité des compétitions françaises dans les magazines sportifs. Evidemment, son père voit cet intérêt d’un mauvais œil, l’assimilant à une distraction bien inutile…

La détermination étant l’un des traits du caractère de Lucien, il se fait inscrire dans les courses argentines sous le nom de « Breton », référence à son pays d’origine.

III) Le retour en France, terre de prédilection des champions du deux roues

Lucien MazanChampion d’Argentine sur piste et route, il retrouve la France en 1902. Surnommé « L’Argentin », il ajoute « Petit » à son nom pour éviter les confusions avec des homonymes.

Vainqueur de nombreuses courses (Paris-Tours 1906, Milan-San Remo 1907, Paris-Bruxelles 1908, ...), il est consacré par ses deux victoires successives sur la Grande Boucle en 1907 et 1908, avec l’équipe professionnelle Peugeot-Wolber.

Appelé sous les drapeaux dans les rangs du 20e escadron du Train, il décède des suites d’un accident de la circulation, le 20 décembre 1917, à l’hôpital de Troyes. Il repose aujourd’hui au cimetière de Pénestrin dans le Morbihan.

Ses frères et son fils marquèrent également de leur nom l’histoire du cyclisme français.

Par Jean-Bernard LAHAUSSE et Romain SERTELET

Juin 2014 Août 2014

Fritz von Unruh

Biographie

du

Mois

Adolphe Messimy

Fritz von Unruh Adolphe Messimy

Crédit Photo : Lucien Petit-Breton - © BNF Gallica
Lucien Petit-Breton en 1912 - © BNF Gallica
Lucien Petit-Breton lors du Tour de France - © Larousse

 

Ressources

1918, Les chemins de l’Armistice
31/10/2018 1918, Les chemins de l’Armistice

Livre

Lire la suite...
Livre : L'art du cinéma
17/09/2018 Livre : L'art du cinéma

Livre

Lire la suite...
Documentaires FRANCE 3 Grand Est
26/09/2018 Documentaires FRANCE 3 Grand Est

Documentaire

Lire la suite...
14-18 : La Terre et le Feu
04/07/2018 14-18 : La Terre et le Feu

Géologie et géologues sur le front occidental

Lire la suite...