Focus

Image Mémoires d’un rat

19/12/2011Mémoires d’un rat

Mémoires d'un ratCe récit présente les souvenirs d’un rat ayant vécu dans les tranchées françaises, Capturé et baptisé Ferdinand par le soldat Juvenet. Le lecteur suit les nombreuses aventures du petit rongeur « intégré » à l’armée française. Le ton pris est léger et souvent humoristique. D’emblée les poilus sont présentés comme ingrats à l’adresse des rats qui sauvent de nombreux hommes en les maintenant éveillés et donc vigilants, fournissant toujours une bonne excuse pour obtenir supplément de ravitaillement et de vêtements neufs ! Continuellement, Pierre Chaine établit des ponts entre le monde de guerre des hommes et celui des rats. Ainsi, pour se prémunir des hommes, les animaux établissent des boyaux de communication et des postes d’écoute. De même les armes employées par les combattants pour lutter contre les « nuisibles » ressemblent étrangement à celles employées contre les Allemands : « trébuchets à ressort » et « pétards de cheddite ». La description de la première sortie de Ferdinand est particulièrement savoureuse : « C’était bien entendu, à la tombée de la nuit, car sortir le jour serait s’exposer inutilement. Conduit par un de nos anciens, je dus suivre de longs couloirs qui aboutissaient au dessus de la tranchée. » On pourrait croire que l’auteur tombe dans la raillerie du monde combattant. Or, rien n’est plus faux ! Mémoires d’un rat est paru pour la première fois en 1917 et Pierre Chaine fut capitaine au 13e chasseurs. Il affirme clairement ne pas écrire pour la postérité, mais pour divertir ses anciens camarades de front. Son expérience et ses sentiments à l’égard de la guerre transparaissent tout au long du texte. On y découvre notamment la marque laissée par les batailles de Meuse dans l’esprit de l’écrivain. Il place cette réflexion dans la bouche de Ferdinand : « Si les tranchées sont des lieux d’expiation, celles de Vauquois mériteraient d’être réservées aux grands criminels. » Quant à la bataille de Verdun, elle est l’occasion pour l’auteur d’exposer ses réflexions sur la mort et l’état d’esprit à adopter pour « tenir ». D’autres considérations de Pierre Chaine sur l’art des relations entre chefs et subordonnés font aujourd’hui sourire le lecteur. Il explique longuement que tout bon gradé doit se mettre à fumer car « le tabac est un lien puissant entre les hommes » et « C’est une sorte de poignée de main qui ne porte pas atteinte à la discipline » !

Par Romain SERTELET

Notice bibliographique :

CHAINE Pierre, Mémoires d’un rat suivis des commentaires de Ferdinand, ancien rat de tranchées, Tallandier, 2008, 238 p.

Crédit Photo : © Editions Tallandier

 

Ressources

Petit Futé Argonne 2020-2021
27/05/2021 Petit Futé Argonne 2020-2021

Guide de voyage

Lire la suite...
Romagne-sous-Montfaucon, Histoire et Mémoire
04/05/2021 Romagne-sous-Montfaucon, Histoire et Mémoire

Livre

Lire la suite...
La Grande Guerre sur tous les fronts
22/03/2021 La Grande Guerre sur tous les fronts

Livre

Lire la suite...
Actes colloque
19/11/2020 Actes colloque

Actes de colloque

Lire la suite...