Focus

Image Suzanne Noël

09/01/2012Suzanne Noël (1878-1954), une femme médecin dans le service de santé des armées

Suzanne Noël (1878-1954), une femme médecin dans le service de santé des armées

Par Xavier RIAUD

Suzanne Gros est née à Laon, dans l’Aisne, en 1878. En 1897, elle épouse le docteur Henri Pertat qui l’aide à mener à bien ses études. En 1900, elle obtient son baccalauréat, puis son P. C. N. A l’aube du XXème siècle, elle entame sa médecine. En 1908, elle est nommée externe des hôpitaux. Elle se retrouve dans le service du professeur Hippolyte Morestin. Elle y rencontre André Noël qui deviendra son second mari. A peine arrivée, elle voue une admiration sans borne à son chef de service. Elle est fascinée par sa dextérité. En 1909, elle est externe dans le service de dermatologie du professeur Brocq où elle apprend les rudiments des traitements par la douche filiforme. Noël et elle préparent alors le concours de l’internat. De leur rencontre, naît une petite fille Jacqueline. En 1912, Suzanne se présente au concours de l’internat et y est classée première à l’écrit. Elle finit quatrième sur soixante-sept à l’issue de l’ensemble des épreuves.

En 1912, elle soigne Sarah Bernhardt (1844-1923), la célèbre comédienne, qui a subi un lifting facial aux Etats-Unis soldé par un demi échec.

En 1913, elle est interne avec Noël dans le service de Brocq, à Saint-Louis.

En août 1914, Noël est mobilisé. Dégagé de toute obligation, Pertat s’engage malgré tout. Inhalant un gaz de combat en 1915, il décède des suites en 1918.

Pendant la guerre, sans avoir soutenu sa thèse, comme tous les internes, Suzanne est autorisée à exercer la médecine de ville. Elle tombe malade et demande un congé illimité à l’Assistance publique. En 1916, elle contacte Thierry de Martel (1875-1940), ancien interne de Morestin, père fondateur de la neurochirurgie, pour qu’il la forme aux techniques de chirurgie réparatrice et correctrice. Elle peut ainsi participer à l’effort de guerre en soignant les « Gueules cassées ». Elle travaille dans des conditions matérielles précaires. Les blessés de la face voyant leur nombre augmenter sans arrêt, la jeune femme s’épuise à les soulager du mieux qu’elle peut.

A la fin de la guerre, les internes n’ayant pas soutenu n’ont plus le droit de pratiquer. Cependant, la grippe espagnole fait des ravages. Suzanne travaille nuit et jour.

En octobre 1919, elle se marie avec le docteur André Noël qui soutient, quant à lui, une thèse en 1921, consacrée à la dermatologie. En janvier 1922, leur fille tombe malade et meurt.

André Noël devient dépressif et se suicide le 5 août 1924. Cette même année, Suzanne fonde le premier club Soroptimist européen qui a pour objectif la défense des droits des femmes.

En 1925, sous son nom de jeune fille, elle soutient enfin sa thèse.

Pendant les dix années qui suivent, la doctoresse se consacre exclusivement à la chirurgie esthétique et à son mouvement féministe. Ses conférences connaissent un franc succès et elle fait beaucoup d’émules. Elle reçoit la Légion d’honneur et la Reconnaissance de la Nation en 1928, "pour sa contribution à la notoriété scientifique de la France sur la scène internationale".

Son exercice chirurgical évolue. Au début, elle fait de la petite chirurgie où elle tient compte de l’élasticité de la peau et procède par petites étapes successives, n’hésitant jamais à faire revenir le patient plusieurs fois. Particulièrement innovante, ses résultats sont remarquables et dénués de complications. Par la suite, elle se décide pour une chirurgie plus lourde et n’hésite plus à remodeler des seins, des fesses ou des membres, à dégraisser des ventres ou des cuisses.

En 1936, elle est opérée avec succès de la cataracte. Cette maladie a pour résultat de réduire sa clientèle et par conséquent, son train de vie. Elle ne s’en remet pas véritablement.

Pendant l’Occupation, elle modifie des visages de résistants recherchés par la police ou de juifs. Après la guerre, elle reçoit des rescapés des camps de concentration et œuvre pour effacer les traces laissées par leur séjour.

Elle décède le 11 novembre 1954. Elle a été la première femme à exceller dans la chirurgie esthétique.

Elle a laissé son nom à de nombreux instruments qu’elle a créés de toutes pièces, à des pinces, à un craniomètre et à des gabarits qui permettent au patient de choisir sa nouvelle image.

Les chartes des nouveaux clubs européens de Soroptimist sont remises en son nom et une bourse destinée à aider une femme médecin à se spécialiser en chirurgie plastique porte encore aujourd’hui son nom.

Travaillant pour oublier ses malheurs jusqu’à l’épuisement, elle a consacré sa vie au service de l’autre, et plus particulièrement, au service de l’autre féminin. Dévouée à ses patients, elle considérait qu’il n’existait pas de difformité qui ne mérite son attention. Voyageant dans de nombreux pays pour promouvoir ses idées, elle était écoutée et estimée. Ainsi, a-t-elle été une ambassadrice unique de la chirurgie plastique et des clubs de Soroptimist.

Suzanne Noel

Docteur Suzanne Noël en cours de lifting facial
réalisé à mains nues, en 1925
(© Union française du Soroptimist international)

Références bibliographiques :

Guirimand Nicolas, « De la réparation des « Gueules cassées » à la « sculpture du visage ». La naissance de la chirurgie esthétique en France pendant l’entre-deux-guerres. », in Actes de la recherche en sciences sociales, 2005, n° 156-157, pp. 72-87.
1 Jacquemin Jeannine, « Suzanne Noël (1878-1954), Pionnière de la chirurgie esthétique et du mouvement féminin Soroptimist », in Revue d’Histoire des Sciences Médicales, 1988, vol. 22, n° 1, pp. 21-28. Schneider Jean-Jacques, Nicole Mangin, une Lorraine au cœur de la Grande Guerre, Place Stanislas (éd.), 2011.
Union française du Soroptimist international, communication personnelle, Paris, 2009.
www.lunion.presse.fr, "Nicole Girard-Mangin, médecin militaire à Verdun et en Argonne en 14-18. Un dévouement à toute épreuve", in L’Union, 2010, pp. 1-3.

Xavier RIAUD : Docteur en chirurgie dentaire, Docteur en épistémologie, histoire des sciences et des techniques, Lauréat et membre associé national de l’Académie nationale de chirurgie dentaire.

 

Ressources

La Grande Guerre sur tous les fronts
22/03/2021 La Grande Guerre sur tous les fronts

Livre

Lire la suite...
Actes colloque
19/11/2020 Actes colloque

Actes de colloque

Lire la suite...
MOOC du Mémorial
03/04/2020 MOOC du Mémorial

Cours en ligne

Lire la suite...
Géologie et Grande Guerre
09/04/2020 Géologie et Grande Guerre

Géologie

Lire la suite...